in

Sarcoïdes chez le cheval : les traitements les plus fréquents

Crédits : sanddebeauthei / iStock

Voici un problème assez courant chez les chevaux : les sarcoïdes. Il s’agit de tumeurs, malignes ou bénignes, qui apparaissent généralement entre 2 et 6 ans Pour les détecter, il est important d’observer son cheval régulièrement car les sarcoïdes peuvent grandir progressivement. Il n’existe pas d’origine clairement établie pour le moment. Néanmoins, il est suspecté qu’un problème génétique en soit la cause dans la majorité des cas. Mais dans d’autres cas, un virus nommé papillomavirus bovin est suspecté de provoquer ces tumeurs non douloureuses.  

Les différents types de sarcoïdes

Il existe différents types de sarcoïdes. Néanmoins, bien qu’elles ne soient pas très esthétiques, elles ne sont généralement pas dangereuses car elles sont bien souvent localisées au niveau de la peau. Ce qui peut mettre la vie de certains chevaux en danger, c’est la prolifération ou le grossissement de ces tumeurs.

Les sarcoïdes se développent surtout à la suite de plaies, cicatrices, piqûres, morsures… Les localisations peuvent dépendre de la tumeur, toutefois, les zones où la peau est plus fine sont souvent sujettes aux tumeurs fibroblastiques, nodulaires ou malignes.

On distingue 6 types de sarcoïdes équines :

  • La sarcoïde nodulaire : ce type de tumeur est généralement bien délimité et sphérique. Il existe deux cas distincts : un type sous-cutané (la peau en dessous est intacte), et un cas plus marqué au niveau de l’épiderme.
  • La sarcoïde fibroblastique : elle se caractérise généralement par un traumatisme lié a une plaie ou à une autre forme de sarcoïde. Elle a un aspect plus bosselé et peut être plus invasive.
  • La sarcoïde occulte : elle est généralement plate et circulaire. Elle apporte un aspect granuleux et grisâtre à la peau.
  • La sarcoïde verruqueuse : cette forme est la plus fréquente. Elle ressemble vraiment à une verrue. Sa taille reste variable.
  • La sarcoïde mixte : aspect verruqueux ou fibroblastique, elle est généralement une phase de transition entre deux types de sarcoïdes.
  • La sarcoïde maligne : elle est rare mais très invasive. Elle provient généralement d’un traumatisme d’un autre type de sarcoïde, en particulier du type fibroblastique. Elle peut toutefois aussi apparaître spontanément.

Les différents traitements

Il est important de bien souligner que le traitement de ces sarcoïdes est souvent très délicat, long et parfois coûteux. Ces tumeurs sont souvent invasives, donc difficiles à traiter, et leurs différentes localisations ne sont pas à exclure dans le traitement. À noter que si votre cheval a développé une ou plusieurs sarcoïdes, l’avis de votre vétérinaire est bien évidemment indispensable.

Voici quelques traitements possibles pour lutter contre les sarcoïdes chez le cheval. Bien évidemment, ils dépendent de la taille, de la localisation et des moyens du propriétaire.

  • Les pommades

Certaines pommades sont conseillées pour faire disparaître les sarcoïdes. En général, lorsque celles-ci ne sont pas trop importantes, on peut appliquer un traitement local. Ainsi, certaines crèmes à l’arnica ou des traitements en phytothérapie peuvent être utilisés sur les conseils de votre vétérinaire.

  • La chirurgie

Dans certains cas, on recommande une opération chirurgicale afin que la sarcoïde ne se développe pas davantage. La localisation peut parfois causer de nombreux problèmes si la tumeur n’est pas traitée à temps et qu’elle évolue. De plus, il arrive parfois qu’en opérant et en retirant la sarcoïde “mère”, les autres sarcoïdes disparaissent petit à petit.

Cheval et caresse
Crédits : welcomia/iStock
  • La chimiothérapie

Cette technique permet de tuer les cellules cancéreuses de la tumeur. Elle peut être appliquée sous différentes formes, en pommade mais aussi en injection. Toutefois, les résultats restent toujours aléatoires.

  • La radiothérapie ou la laserothérapie

Ces deux méthodes sont assez rares et coûteuses. En effet, elles ne peuvent pas se réaliser partout. En France, en radiothérapie, il est possible d’effectuer une brachythérapie. Le spécialiste injecte alors des sources de radiation dans la tumeur. C’est une technique très efficace, mais qui reste assez peu fréquente. Et pour cause, des circonstances précises doivent pouvoir la justifier  (présence d’une sarcoïde de moins de 5 cm de diamètre et une seule masse à traiter).

Pour la laserothérapie, l’intervention d’un vétérinaire spécialisé est nécessaire. Il va alors enlever l’anomalie grâce a un laser chirurgical. C’est une technique très précise mais aussi très coûteuse.

  • Le magnétiseur

Une méthode souvent oubliée mais très peu coûteuse. Les magnétiseurs peuvent accélérer le processus de guérison, voire même guérir le cheval. Quelques mois après l’intervention d’un magnétiseur, les sarcoïdes peuvent s’estomper et disparaître totalement.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :