in

Chien à l’estomac sensible : 5 conseils pour bien le nourrir !

Crédits : alexei_tm / iStock

Votre chien est régulièrement sujet aux troubles digestifs (vomissements, diarrhées, flatulences) ? Si le vétérinaire a d’ores et déjà exclu toute maladie sous-jacente, c’est le signe que votre animal possède un estomac particulièrement sensible ou une digestion difficile. Voici comment y remédier !

1. Envisager l’allergie ou l’intolérance alimentaire

Il n’est pas rare que les chiens accoutumés aux selles molles soient en fait allergiques ou intolérants à un aliment en particulier. Le plus souvent, il s’agit d’une protéine (poulet, boeuf, oeuf, agneau, poisson, blé, soja, maïs, produits laitiers…). Mais la cause d’un trouble alimentaire peut également être un excès de graisses dans l’alimentation ou une carence en fibres, en vitamines ou en minéraux.

Pour vérifier que votre chien ne souffre pas d’une allergie ou d’une intolérance alimentaire, il suffit de modifier son alimentation. Par exemple, si vous avez pour habitude de lui donner des croquettes au poulet, changez pour des croquettes au boeuf ou à l’agneau.

Attention toutefois, cette transition alimentaire doit s’effectuer de manière progressive, sur une quinzaine de jours. L’objectif ? Éviter d’aggraver les problèmes digestifs de votre toutou !

chien mange riz
Crédits : LightFieldStudios / iStock

Bon à savoir : en cas d’allergie alimentaire, l’animal a tendance à présenter également d’autres symptômes, en plus des troubles digestifs, comme des infections récurrentes de la peau et des oreilles ou encore des démangeaisons excessives.

2. Opter pour une nourriture dédiée aux chiens sensibles

Il existe désormais des produits alimentaires spécialement conçus pour les chiens à l’estomac sensible. Ils contiennent généralement de faibles quantités de graisse et des fibres destinées à raffermir les selles. Mais aussi des probiotiques afin d’apporter des bactéries dites “saines” dans l’intestin.

Lors du choix de la nouvelle nourriture de votre chien, pensez également à vérifier qu’elle est adaptée à son âge, à son état de santé et à son niveau d’activité. Et surtout, qu’elle est de qualité supérieure ! En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

3. Bannir les friandises et les restes de table

Si les symptômes digestifs persistent, la cause de ces troubles peut se trouver ailleurs que dans l’alimentation quotidienne de votre chien. Par exemple, avez-vous pour habitude de lui donner régulièrement des friandises et/ou des restes de table ?

Si c’est le cas, essayez de bannir ce comportement, ou tout du moins de le diminuer drastiquement. De plus, comme le conseille l’AKC, pensez à vérifier qu’il n’ingère rien d’autre que ses repas durant la journée. En effet, il pourrait avoir tendance, sans que vous le sachiez, à manger de l’herbe ou encore à fouiller dans la poubelle…

chien mange
Crédits : Indigo-stock / iStock

4. Fractionner ses repas

Certains chiens ont du mal à digérer une trop grande quantité de nourriture à la fois. De fait, il est vivement recommandé de fractionner la ration quotidienne de votre chien en plusieurs portions. Ainsi, donnez-lui deux ou trois repas par jour (matin, midi et soir par exemple) au lieu d’un seul.

En revanche, attention, plus de repas ne signifie pas plus de nourriture ! La quantité journalière que vous donnez à votre chien doit être la même qu’auparavant.

5. Inclure du riz dans son alimentation

C’est bien connu, le riz a l’avantage de raffermir les selles ! Il peut donc être utile d’en donner à votre chien durant un épisode de diarrhée, mais également après. Toutefois, si vous décidez d’inclure le riz dans son alimentation quotidienne, veillez à ce que ce soit en petite quantité. Et surtout pensez à recalculer sa ration quotidienne afin d’éviter la prise de poids !

Par ailleurs, sachez que le riz doit toujours être blanc, cuit et sans assaisonnement pour être donné en toute sécurité à votre chien !

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :