in

Vaccination des animaux : 5 idées reçues à oublier absolument !

Crédits : Dina Damotseva / iStock

Depuis quelques années, des voix s’élèvent contre la vaccination des chiens, des chats et des autres animaux. La raison ? La supposée dangerosité, voire inutilité des vaccins. Mais qu’en est-il vraiment ? Pour enfin connaître la vérité sur les vaccins, voici 5 idées reçues à oublier absolument !

Bon à savoir : les vaccins permettent de préparer le système immunitaire à lutter contre l’invasion d’agents pathogènes. Si un animal vacciné contre la rage, par exemple, est un jour exposé à la maladie, son organisme sera alors en mesure de la combattre.

1. La vaccination est dangereuse pour la santé de l’animal

Certains propriétaires imaginent que les produits contenus dans les vaccins représentent un vrai danger pour leur animal. En réalité, ce qui est dangereux, c’est de prendre le risque de ne pas faire vacciner son animal.

En effet, faire l’impasse sur les vaccins, c’est faire courir un risque à l’animal qui peut alors être infecté par des maladies graves et mortelles, comme par exemple la piroplasmose ou la maladie de Carré pour le chien, et le typhus ou la leucose pour le chat. Et ne parlons pas de la rage !

Alors certes, des réactions allergiques aux vaccins peuvent survenir chez les animaux, mais cela reste rare. Tout au plus cela se traduit par une légère inflammation temporaire au point d’injection. Et en cas de choc allergique sévère, une prise en charge rapide par un vétérinaire est généralement suffisante pour éviter toute séquelle. Dans tous les cas, la balance bénéfice-risque penche largement en faveur de la vaccination.

2. Les animaux âgés ou malades ne doivent pas être vaccinés

Là aussi, il est courant de penser que les animaux âgés sont trop fragiles pour être vaccinés ou pour bénéficier des rappels de vaccins. Que nenni ! C’est justement parce qu’ils sont plus fragiles qu’ils sont particulièrement vulnérables aux maladies infectieuses.

chat maine coon
Crédits : Tylinek / iStock

De fait, il est nécessaire de les faire vacciner, que ce soit pour des rappels ou pour une primo-vaccination. Sans cela, ils ne seront pas immunisés contre certaines maladies.

En revanche, les animaux déjà malades, trop affaiblis, ne sont pas vaccinés. Et pour cause, on ne vaccine que des animaux en bonne santé !

3. Les chats d’appartement n’ont pas besoin d’être vaccinés

Cette idée reçue est particulièrement répandue chez les propriétaires de chats. Pourtant, la vaccination n’est pas réservée aux chats qui ont accès à l’extérieur. Au contraire, les chats d’appartement, même s’ils ne sortent jamais, peuvent eux aussi être au contact des virus et bactéries.

Comment ? À cause de nous ! Eh oui, les virus et bactéries se déplacent parfois sur de longues distances en s’accrochant à nos vêtements, notre peau ou encore à nos semelles de chaussures. C’est de cette façon qu’ils pénètrent dans nos intérieurs et contaminent nos chats. Ainsi, même le plus casanier des félins n’est pas à l’abri de tomber malade !

4. La vaccination ne sert à rien

On a tendance à penser que la vaccination n’est pas complètement efficace contre les maladies. Mais, même si certains vaccins ne protègent pas à 100%, la vaccination contribue tout de même à limiter la propagation des maladies.

Pour preuve, comme le souligne l’Ordre national des vétérinaires, la vaccination généralisée des chats contre la leucémie féline a permis de faire quasiment disparaître cette maladie mortelle, moins de 2% des chats étant actuellement touchés dans le monde.

chien
Crédits : LSOphoto / iStock

Par ailleurs, il est important de noter que la vaccination ne protège pas uniquement les animaux, elle joue également un rôle essentiel dans la santé humaine. En effet, certaines maladies, comme la rage, se transmettent de l’animal à l’homme.

Or, aux États-Unis où le vaccin contre la rage est obligatoire pour tous les animaux de compagnie, seules une ou deux personnes meurent de la rage chaque année dans ce pays. En revanche, en Afrique ou en Asie où la vaccination contre la rage n’est pas automatique, de nombreux décès humains peuvent être observés.

5. Les rappels de vaccins doivent être plus espacés

Récemment, une controverse a eu lieu sur la vaccination soi-disant excessive des animaux de compagnie. En effet, certains experts préconisaient d’espacer certains rappels de vaccins de trois ans au lieu de les effectuer chaque année.

Pourtant, les rappels de vaccins ont une utilité bien précise : ils servent à maintenir l’immunité contre une maladie. Sans ces rappels, l’animal ne produit plus d’anticorps et n’est donc plus immunisé.

Ainsi, mieux vaut ne pas prendre la décision soi-même d’espacer les rappels de vaccins de son animal. Cela peut effectivement être envisageable pour certains vaccins, mais pas pour tous. Seul un vétérinaire peut donc être à même d’élaborer un calendrier de vaccination fiable afin d’offrir la meilleure protection à nos boules de poils.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :