in

Ce cétacé est le plus petit du monde et il n’en reste que 25

Crédits : Capture YouTube/Ruido en la Red

Vous ne connaissez peut-être pas ce petit poisson aux allures de dauphin, et pour cause. Le vaquita marina, qui signifie « petite vache des mers », est un cétacé en danger critique d’extinction. Ici, le terme « critique » prend tout son sens puisqu’il ne resterait que 25 vaquitas marinas encore vivants sur la planète. Un combat perdu d’avance ?

Une population endémique

L’intégralité de la population mondiale de vaquitas marinas vit dans les eaux chaudes du golfe de Californie. Ce paisible marsouin, considéré comme le plus petit cétacé du monde, mesure environ 1 mètre 50 de long et peut peser jusqu’à 50 kilos. Plus timide que les dauphins, il n’est pas du genre à aller amuser la galerie. Au contraire, le vaquita marina préfère rester caché au fond de l’eau et ne remonte à la surface que pour reprendre sa respiration.

Cet animal marin reste très mystérieux pour les scientifiques, qui n’ont pas eu beaucoup d’occasions de pouvoir l’observer. Mais l’on sait que son espérance de vie avoisine les 20 ans, ce qui n’est pas très long pour un cétacé.

La pêche, la grande fautive

En 1997, on pouvait compter 600 vaquitas marinas vivants dans le monde. En 2015, ils n’étaient plus que 60. Et en 2 ans, la population de vaquitas marinas a baissé de 72 %. Déjà peu nombreux, ces poissons ne sont désormais plus qu’une poignée.

Même si la pollution chimique et sonore des océans, causée par l’Homme, a considérablement affaibli cette espèce animale, c’est avant tout la pêche qui est responsable de leur extinction. En effet, les pêcheurs laissent dériver leurs filets de pêche dans la mer, dans le but d’attraper un poisson très prisé en Chine, le totoaba. Ce grand poisson argenté, qui est également menacé d’extinction, est particulièrement apprécié pour sa vessie, qui est un plat de choix pour les Chinois.

Des efforts de conservation

De nombreuses associations, comme Greenpeace, se battent depuis des années pour obliger le gouvernement mexicain à prendre des mesures en faveur du vaquita et empêcher son extinction. Mais malgré de nombreux efforts de conservation, cet adorable poisson ne cesse de mourir.

Le vaquita semble suivre les traces du dauphin de Chine, dont le dernier spécimen s’est éteint en 2006. Malheureusement, son extinction programmée paraît désormais difficilement désamorçable…

Source

Vous aimerez aussi : 

L’atroce calvaire des tortues de mer, les corps remplis de déchets plastiques

Chaque année, 10 000 dauphins sont secrètement tués en France

Japon : 122 baleines enceintes massacrées au nom de la science