in

En Australie, les chats tueraient 650 millions de reptiles chaque année !

Crédits : josemdelaa/Pixabay

Depuis l’arrivée de ces félins sur l’île il y a près de deux siècles c’est désormais 1 million de reptiles qui sont tués chaque jour à cause des chats errants. Un phénomène qui inquiète. D’autant plus que les tentatives de stérilisation des populations de chats pour la réduction de leur nombre n’a pour l’heure pas donné de résultats concluants. 

225 reptiles par an

Ce chiffre fait froid dans le dos. « En moyenne, chaque chat retourné à l’état sauvage tue 225 reptiles par an« , déclare John Woinarski, le directeur d’une étude sur le sujet. « Certains chats mangent des quantités astronomiques de reptiles. On a trouvé de nombreux exemples de chats individuels se gavant de lézards, avec un record de 40 lézards différents trouvé dans l’estomac d’un seul chat« , ajoute-t-il.

D’après cette étude c’est pas moins de 250 espèces de reptiles différentes qui sont exterminées par les chats. De plus, 11 d’entre elles sont considérées comme des espèces menacées. Et si on prend en compte les chats domestiques du pays, c’est un total de 650 millions de reptiles qui sont tués chaque année. Un vrai génocide !

chat couché herbe
Crédits : Clark Young/Unsplash

Les mammifères et les oiseaux aussi concernés

Les mammifères et les oiseaux sont aussi affectés. En effet, les chats errants sont coupables du taux élevé d’extinction des mammifères du pays. Autant vous dire que ce n’est pas rien ! Pour preuve, en 2017, les chercheurs avaient découvert que plus d’1 million d’oiseaux étaient tués chaque jour en Australie par les chats errants et les chats domestiques.

Afin d’endiguer le phénomène, l’Australian Wildlife Conservancy a créé une « zone sans chats » dans le désert. Pour cela, une clôture électrique de 44 kilomètres de long a été construite.

Source

Vous aimerez aussi : 

5 choses que vous ignorez sûrement sur les chats

Voilà comment créer un répulsif naturel et non dangereux pour les chats

Pourquoi mon chat me rapporte-t-il ses proies ?