in

Un ours abattu par balles dans les Pyrénées, l’État porte plainte

Crédits : ErikMandre / iStock

Le mardi 9 juin 2020, le corps d’un ours tué par balles a été découvert en Ariège, dans les Pyrénées. Une mort qui pourrait remonter à plusieurs jours si l’on en juge l’état du corps de l’animal.

Une information révélée sur Twitter

Le cadavre de cet ours a été retrouvé près du cirque de Gérac, à 1800 mètres d’altitude, par des agents de l’Office français de la biodiversité. Cette information a été révélée sur Twitter par Elisabeth Borne, ministre de la transition écologique et solidaire : « Un ours a été découvert aujourd’hui en Ariège, abattu par balles. L’ours est une espèce protégée, cet acte est illégal et profondément condamnable. La préfète s’est rendue sur place. L’État va porter plainte ».

La préfète de l’Ariège a ensuite donné des précisions sur l’identité de cet ours. Il s’agit d’un ours de 4 ou 5 ans pesant entre 150 et 200 kilos. Mais il n’a pas pu être identifié car il ne possède pas de collier de géolocalisation.

Cette mort interpelle non seulement car ce n’est pas la première – un autre ours était déjà décédé en avril de cause encore inconnue – mais aussi car, en ce moment, les troupeaux rejoignent les pâturages d’été. Or, les troupeaux sont régulièrement attaqués par les ours, ce qui pousse de nombreux éleveurs à se montrer défavorables à la présence de cet animal. La piste d’un éleveur en colère n’est donc pas écartée.

ours brun
Crédits : 4nadia / iStock

Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte pour « destruction non autorisée d’une espèce animale protégée ». Or, cette infraction est passible de 3 ans d’emprisonnement et de 150 000€ d’amende.

Alain Reynes, le directeur de l’association Pays de l’Ours – Adet qui défend leur présence dans le massif pyrénéen explique que personne n’a le droit de tuer un ours dans les Pyrénées. C’est pour lui inconcevable. Il ajoute, comme la ministre de la transition écologique, qu’il s’agit d’une espèce protégée et que l’association va porter plainte afin de retrouver les responsables et les faire condamner.

Les associations en faveur des ours dans les Pyrénées demandent à l’État de respecter son engagement. À savoir, remplacer tout ours tué par la condamnation d’un humain.

L’autopsie ainsi que l’enquête débutent ce mercredi 10 juin. L’enquête est confiée aux gendarmes par le parquet de Foix.

Les ours dans les Pyrénées

Les ours sont une espèce protégée. En 1995, il ne restait plus que cinq ours dans le massif des Pyrénées. Aujourd’hui, ils sont environ une cinquantaine grâce à leur réintroduction.

Par ailleurs, la France avait prévu un nouveau plan de réintroduction de l’ours sur la période 2018-2028.Mais, après que des manifestations d’éleveurs aient eu lieu, le gouvernement a préféré faire marche arrière.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :