in ,

Le renard est tout sauf un nuisible : les mensonges doivent cesser !

Crédits : iStock
Le renard est tout sauf un nuisible : les mensonges doivent cesser !
noté 5 - 1 vote

En France, le renard est le plus souvent considéré comme un nuisible que les chasseurs ne se privent pas de tuer impunément. En effet, plus de 500 000 renards seraient tués chaque année ! Un chiffre étourdissant qui montre une vive désaffection pour ce petit carnivore. Pourtant, le renard roux est très utile dans nos campagnes. Il joue un rôle écologique essentiel et est également un acteur majeur de la santé publique. Explications.

Le renard participe activement à la lutte contre les maladies

On l’accuse de tous les maux : voleur de poules, mangeur de gibier, transmetteur de maladies… Le renard n’est pas le bienvenu dans nos campagnes, tout comme le loup. Mais ce canidé nocturne est en fait très utile puisqu’il permet de lutter contre les maladies les plus graves, comme la maladie de Lyme, transmise par les tiques.

En effet, le renard est un fervent consommateur de petits rongeurs, tels que les mulots ou les campagnols. Or, ce sont ces rongeurs qui sont le plus souvent vecteurs de tiques infectées par la maladie de Lyme. Ces dernières s’accrochent à leur pelage pour se déplacer et transmettent la maladie à tous ceux qui se trouvent sur leur chemin. Mais, bonne nouvelle, la présence de prédateurs tels que le renard oblige les rongeurs à rester plus souvent dans leur terrier, ce qui diminue le risque de devenir des hôtes de tiques infectées.

Crédits : Kaz/Pixabay

Par ailleurs, il mange les animaux faibles, malades ou même morts, ce qui évite les épidémies.

Il régule les populations

En se nourrissant de rongeurs, le renard participe également à l’équilibre des populations et tient donc une place particulièrement importante dans l’écosystème. En effet, il permet de réguler le nombre de rongeurs présents dans nos forêts.

La population de renards dépendant des ressources alimentaires disponibles, ces petits animaux au pelage roux savent donc s’autoréguler. Leur population est proportionnelle à celle de leurs proies. En effet, si la nourriture se fait rare, les femelles donneront naissance à moins de petits. La magie de la nature, en quelque sorte.

Crédits : winterseitler/Pixabay

Il est l’ennemi des chasseurs

Malgré que la capacité du renard à équilibrer sa population a été démontrée, les chasseurs continuent de le prendre en chasse tout au long de l’année. Pourtant, cet animal est également d’un soutien inestimable pour les agriculteurs. Grâce à lui, les mulots et campagnols ne détruisent pas les récoltes. Mais alors, pourquoi tant de haine ?

Tout simplement parce que les chasseurs le voient comme un concurrent. En effet, le renard s’attaquerait au gibier. De plus, depuis que la rage vulpine a été éradiquée en France en 2001, ils invoquent désormais l’échinococcose, une maladie provoquée par un ver qui s’implante dans le système digestif des canidés et qui s’y reproduit. Cette maladie est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle est transmissible à l’Homme, mais ne représente que 15 cas par an en France, contrairement à la maladie de Lyme où environ 500 000 personnes sont infectées chaque année dans l’Hexagone.

Crédits : Pxhere

Les chasseurs tentent donc par tous les moyens de convaincre de la nocivité de cet animal si sympathique pour pouvoir continuer à le massacrer sans limites. En effet, le renard étant considéré comme “nuisible”, il est l’un des rares animaux qui peuvent être chassés toute l’année, et ce sans restriction de nombres. Une aubaine pour les amoureux de la chasse…

Source

Articles liés

4 raisons qui poussent les chasseurs à s’ériger en protecteurs de la nature

Indre : un cerf abattu par des chasseurs parce qu’il aimait trop les poneys

Savoie : un chasseur tue 4 ânes dans un pré. Il les aurait « confondus » avec des biches.