in

Pyrale du buis : 6 astuces naturelles pour s’en débarrasser

Crédits : MonikaP/Pixabay

Depuis quelque temps, vous avez remarqué que vos buis étaient devenus jaunes et que leurs feuilles avaient été grignotées ? Si vous observez vos buis de plus près, vous devriez apercevoir de petites chenilles vertes à tête noire ainsi que des cocons et des toiles. C’est le cas ? Alors ne cherchez plus, il s’agit de la pyrale du buis (Cydalima perspectalis). Ce papillon nocturne, de couleur blanc et marron et aux reflets dorés, est présent partout en France et aime pondre sur les feuilles de buis. Or, malheureusement pour vous et pour votre buis, les chenilles de ce papillon raffolent des feuilles de cet arbuste. Heureusement, il existe des moyens de s’en débarrasser. Mais attention, il faut agir vite !

Bon à savoir : les vols des pyrales du buis ont généralement lieu deux fois dans l’année : en mai-juin et en juillet-août. Dans certaines régions, un vol supplémentaire peut également avoir lieu en septembre-octobre. Il convient donc d’être particulièrement vigilant durant ces périodes ainsi qu’au mois de mars, lorsque les chenilles éclosent après avoir passé l’hiver dans leurs cocons.

1. Le Bacillus

À partir du moment où vous constatez que vos buis sont infestés par la pyrale du buis, il est nécessaire de les traiter avec un produit biologique appelé Bacillus thuringiensis. Il s’agit d’une bactérie qui produit une toxine mortelle pour les chenilles du papillon.

Pour l’utiliser, rien de plus simple, il suffit de pulvériser ce produit sur les feuilles de buis (sur le dessus ET le revers des feuilles). Lorsque les chenilles se mettront à grignoter les feuilles, elles ingéreront alors cette bactérie. Or, quelques heures, voire quelques jours après l’ingestion, c’est la mort assurée.

Pensez à renouveler le traitement tous les 15 jours ou en cas de pluie. Et, même si vous êtes débarrassé des chenilles, renouvelez tout de même l’opération une fois par mois jusqu’à l’hiver, en prévention. Enfin, veillez à traiter vos buis de préférence le soir, le Bacillus étant particulièrement sensible au soleil.

2. Les trichogrammes

La pyrale du buis est une espèce invasive venue tout droit d’Asie. Par conséquent, elle n’a pas de prédateur naturel en France, ce qui lui permet de se développer de façon inquiétante.

Mais, récemment, les scientifiques ont découvert que les trichogrammes, de tous petits insectes similaires à des guêpes, avaient le pouvoir d’empêcher la croissance de la pyrale du buis. Comment ? En pondant dans les oeufs des pyrales du buis. Ces micro-insectes permettent donc de tuer les chenilles avant même qu’elles n’aient pu éclore.

papillon pyrale du buis
Crédits : gailhampshire/Flickr

3. Le ramassage manuel

En plus de toutes les techniques citées dans cet article, il peut être bon de ramasser manuellement les chenilles et les cocons. Si vos buis sont de petite taille, taillez et brûlez les parties infestées de la plante. S’ils sont de grande taille, n’hésitez pas à les secouer afin de faire tomber les chenilles au sol. Ramassez-les ensuite à la main et brûlez-les.

Les chenilles de la pyrale du buis ne sont pas urticantes. Elles sont absolument sans danger pour l’homme, il n’y a donc aucun risque de les ramasser à main nue.

À noter que vous pouvez également asperger au jet d’eau vos buis afin de faire tomber les chenilles.

4. Les chauves-souris et les oiseaux

Même si la pyrale du buis n’a pas de prédateur naturel, il semble que les chauves-souris et les oiseaux, notamment les mésanges et les moineaux, commencent à s’y intéresser. Les chauves-souris préfèrent les papillons alors que les oiseaux s’attaquent plutôt aux chenilles.

N’hésitez donc pas à installer des nichoirs dans votre jardin afin d’attirer ces animaux.

chenille pyrale du buis
Crédits : böhringer friedrich/Wikimedia Commons

5. Les pièges à phéromones

Les pièges à phéromones peuvent s’utiliser dès le début du printemps, en préventif. Les phéromones sexuelles qu’ils dégagent permettent d’attirer les papillons mâles et de les prendre au piège.

Ces pièges ne sont pas d’une grande efficacité pour limiter la reproduction des pyrales du buis. En revanche, ils sont très utiles pour détecter au plus tôt leur apparition.

6. Les filets anti-insectes

Dès le mois de mars et jusqu’à octobre, ou dès que vous avez repéré les premiers papillons autour de vos buis, pensez à protéger vos buis non infestés avec des filets anti-insectes. Ces filets à maille fine permettent d’empêcher les papillons de pondre sur les feuilles des buis.

Mais il est également possible d’en installer sur vos buis déjà infestés afin d’éviter que les papillons n’aillent pondre sur les buis sains.

Source

Vous aimerez aussi : 

Limaces : 10 astuces naturelles pour les éloigner de votre jardin

Les 5 insectes les plus utiles au jardin

Poissons d’argent : 5 astuces naturelles pour s’en débarrasser