in

Coronavirus : peut-il se transmettre via les piqûres de moustiques ?

Crédits : nechaev-kon / iStock

Avec l’arrivée des beaux jours, les moustiques, fidèles au poste, reviennent en masse. Mais leur réapparition survient dans un contexte quelque peu particulier. 

Des incertitudes quant à la transmission du virus

La pandémie de coronavirus qui touche actuellement le monde entier ne cesse de progresser, obligeant de nombreux pays à adopter un confinement strict. En effet, la moitié de l’humanité est priée de limiter ses déplacements et ses contacts. Mais cela n’empêche pas les dizaines de milliers de morts, qui devraient bientôt se compter par centaines de milliers.

De fait, dans ce contexte anxiogène, des interrogations se posent. D’autant que le virus est nouveau, ses effets et ses évolutions encore inconnus et donc surtout imprévisibles. On pensait par exemple qu’il ne se transmettait pas dans l’air, mais cela a été récemment remis en cause.

On pensait également que la transmission hommes-animaux était impossible, mais cela tend également à s’infirmer. En effet, les cas de deux chiens, d’un chat et maintenant d’un tigre contaminés par le coronavirus ont d’ores et déjà été signalés. La transmission se serait faite par le biais d’humains infectés. 

tigre
Crédits : Suthat_Chaitaweesap / iStock

Mais l’inverse est-il possible ? En effet, on sait que les moustiques sont vecteurs de nombreuses maladies : dengue, chikungunya, paludisme, fièvre jaune… Les moustiques sont d’ailleurs les animaux qui tuent le plus d’êtres humains chaque année dans le monde à cause de cette fâcheuse tendance à piquer à tout va. Alors pourquoi ne pourraient-ils pas nous transmettre également le coronavirus ? 

Le coronavirus ne se transmet pas par le sang

Lorsqu’un moustique pique un être humain, il transperce la peau à l’aide de sa trompe, injecte un peu de salive anesthésiante et anticoagulante afin de ne pas se faire repérer par sa victime et aspire ensuite le sang jusqu’à se sentir repu. S’il n’est pas dérangé, un moustique se nourrit en à peine une minute. Ensuite, il s’envole et patiente quelques heures, voire quelques jours avant de se nourrir à nouveau. 

On est donc en droit de se demander si, les moustiques étant capables de transmettre des virus, comme Zika, peuvent jouer un rôle dans la propagation de l’épidémie de coronavirus. En réalité, il n’en est rien pour la simple et bonne raison que le Covid-19 ne se transmet pas par le sang. En effet, pour qu’il infecte une personne, le virus doit pénétrer par les muqueuses de cette dernière (bouche, nez, yeux).

C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de se laver régulièrement les mains. Et de ne surtout pas se toucher le visage avec des mains non lavées. De même, le port du masque est vivement recommandé pour les personnes malades afin d’éviter que les gouttelettes expulsées dans l’air (lorsqu’elles parlent, toussent ou éternuent) n’infectent des personnes saines. 

Crédits : iStock

La transmission d’un virus par les moustiques est le résultat de milliers d’années d’évolution

De plus, lorsque les moustiques parviennent à transmettre un virus, c’est parce que ce dernier est parvenu à les infecter eux-mêmes et à se multiplier dans leurs glandes salivaires. C’est ensuite au moment où les moustiques injectent leur salive anesthésiante que le virus se transmet. 

« Il faut que le virus ait la faculté de résister à la digestion dans l’estomac du moustique, pour pouvoir ensuite infecter ses cellules, atteindre ses glandes salivaires et s’y répliquer. C’est par cette salive ainsi contaminée qu’il se transmet ensuite lors d’une piqûre », explique Gregory L’Ambert, entomologiste médical à l’Entente interdépatementale pour la démoustication du littoral méditarrénéen. « Toutes ces étapes, c’est très compliqué, ça prend des milliers d’années d’évolution. On n’a même pas franchi la première étape d’une succession d’étapes indispensables pour avoir une transmission par les moustiques. » 

Ainsi, si un moustique venait à piquer une personne contaminée par le coronavirus, il « digèrera tranquillement ce virus, comme il le fait pour tous les pathogènes non adaptés présents dans le sang qu’il consomme habituellement ».

Bon à savoir : seules les femelles moustiques piquent, car le sang leur permet de fabriquer leurs oeufs ! Le reste du temps, elles se nourrissent, tout comme les mâles, du nectar des fleurs. 

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :