in

Cette ville chinoise est la première du pays à interdire la consommation de chiens et de chats !

Crédits : Okssi68 / iStock

La crise sanitaire liée au coronavirus Covid-19 est certes un drame d’un point de vue humain, mais elle a des effets bénéfiques pour les animaux. La preuve avec cette ville chinoise qui a décidé d’abolir la consommation de chiens et de chats, pourtant très appréciée dans ce pays. 

Le coronavirus a permis une prise de conscience

Depuis que le nouveau coronavirus est apparu en Chine, dans la ville de Wuhan, les Chinois sont pointés du doigt. En effet, on leur reproche d’avoir des habitudes alimentaires moyenâgeuses, notamment en ce qui concerne leur consommation d’animaux domestiques et sauvages.

Il semble d’ailleurs avéré que l’origine du Sars-CoV-2 soit d’origine animale. Un pangolin aurait consommé des crottes de chauve-souris infectées et aurait ensuite été lui-même mangé par un humain. Du moins c’est l’hypothèse la plus probable. 

Le virus trouvant l’être humain particulièrement à son goût s’est alors rapidement adapté à ce nouvel organisme. La suite, on la connaît : l’épidémie locale se transforme en épidémie nationale puis en pandémie mondiale.

pangolin
Un pangolin. Crédits : 2630ben / iStock

En réponse à cette crise sans précédent, la Chine n’est cependant pas restée les bras croisés. En effet, elle a tout d’abord interdit le commerce et la consommation d’animaux sauvages. Cette décision a évidemment pour but d’éviter au pays d’être à nouveau responsable de l’émergence d’un tel virus.

Mais elle est aussi historique et symbolique puisque, comme on le sait, la médecine traditionnelle chinoise, qui fait encore de nombreux adeptes parmi les Chinois, est basée sur l’utilisation et la consommation de plantes ET d’animaux sauvages. 

La consommation de chiens et de chats : une pratique bien ancrée

La prise de conscience de la Chine quant à la condition animale ne semble pas s’arrêter aux animaux sauvages. En réalité, elle s’étend également aux animaux domestiques. En effet, Shenzhen, une métropole située au sud-est du pays, a récemment voté une loi interdisant la consommation de viande de chien et de chat à partir du 1er mai 2020. Une première dans le pays.

Cette loi revêt un caractère d’autant plus exceptionnel qu’en Chine la consommation de chiens et de chats est ancrée dans les moeurs. Une légère baisse de la consommation est certes observée chaque année, grâce notamment aux nouvelles générations qui sont moins friandes de ces animaux, mais elle est loin d’être sur le point de disparaître.

chien cage
Crédits : Timur85/Pixabay

Cependant, le gouvernement de Shenzhen, cité par la BBC, n’a aucun mal à justifier sa décision :

« Chiens et chats en tant qu’animaux de compagnie ont un lien beaucoup plus fort avec les humains que tous les autres animaux, et abolir la consommation de chiens, chats et autres animaux de compagnie est une pratique commune dans les pays développés, ainsi qu’à Hong Kong et à Taïwan ». Il ajoute : « Cette interdiction répond aussi à l’esprit de la civilisation humaine. »

Espérons que cette loi inspire d’autres villes chinoises car, rappelons-le, ce sont pas moins de 30 millions de chiens qui sont tués pour leur viande chaque année en Asie, dont 10 millions rien qu’en Chine. Quant aux chats, ils seraient 4 millions par an à être tués en Chine pour finir dans les assiettes.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :