in

C’est quoi au juste la maltraitance animale ?

chien blessé
Crédits : istock, didesign021

On parle souvent de maltraitance animale, et on entend parfois des histoires qu’on a peine à imaginer. Des chiens abandonnés, des éléphants braconnés, des chats violés par leurs propriétaires… Mais qu’est-ce que la maltraitance animale réellement ? Se limite-t-elle aux actes de violence ? 

L’animal, un être qui a des droits

L’animal est avant tout un être vivant qui mérite respect et considération. C’est pourquoi il a des droits définis que l’on doit prendre en compte. C’est en 1978 que la première déclaration des droits de l’animal est apparue, et elle a récemment été mise à jour en 2018. Celle-ci est universelle, et s’applique pour l’ensemble des animaux et dans tous les territoires du monde.

Elle condamne entre autres les actions cruelles envers les animaux, comme l’article 4 qui dit « Tout acte de cruauté et prohibé. Tout acte infligeant à un animal sans nécessité douleur, souffrance ou angoisse est prohibé ». La maltraitance animale est donc un phénomène reconnu et condamné par les États aujourd’hui.

Les différents types de maltraitance

La maltraitance animale se définit comme une action de cruauté gratuite envers un animal. On imagine que cette dernière se limite à attaquer ou frapper un animal, mais elle est beaucoup plus large que cela. En effet, la cruauté peut prendre de nombreuses formes, même quand elle n’est pas volontaire. Par exemple, la négligence dans un cas extrême peut être considérée comme de la maltraitance.

Si vous ne vous occupez pas de votre animal, ne le nourrissez plus ou encore ne lui permettez plus de sortir, vous êtes susceptible de le maltraiter. Le service public a classé ces comportements en quatre catégories : les mauvais traitements, l’abandon, les sévices graves et actes de cruauté et enfin les atteintes à l’intégrité et à la vie d’un animal. En cas d’agissement rentrant dans l’une de ces classes, on peut dire qu’il s’agit d’un cas de maltraitance animale.

Crédits : Alexas_Fotos/Pixabay

Un comportement pénalisé

Comme vu plus tôt, des lois régissent nos rapports avec les animaux, et il y a forcément des conséquences en cas de transgressions. Celles-ci sont néanmoins très légères, et on pourrait les remettre en question. Un abandon ou un sévice grave peut par exemple conduire à une peine de 2 ans de prison accompagnée d’une amende conséquente de 30 000 euros.

Les mauvais traitements sont eux punis d’une maigre amende de 750 euros et une atteinte à la vie de seulement 1 500 euros. Pourtant, bien que ces punitions existent, elles sont en réalité peu utilisées. Des centaines de milliers d’animaux de compagnie sont abandonnés en France chaque année, et leur ancien propriétaire est rarement inquiété.

Les chiffres de la maltraitance

En France, chaque année, on compte en moyenne 100 000 abandons d’animaux domestiques. En 2018, la gendarmerie a enregistré 9504 incidents de maltraitance animale. Dans le monde, le trafic d’animaux se place en troisième position derrière la drogue et les armes à feu. Ces chiffres montrent que la maltraitance animale est bien réelle dans le monde, et notamment dans notre pays. Heureusement, des organismes comme la SPA luttent et se mobilisent pour pallier ce phénomène.