in

Accueillir un chiot chez soi : les étapes à respecter

Crédits : Pexels/Pixabay

C’est un événement qui va bouleverser votre vie. Vous allez enfin accueillir chez vous le chiot que vous attendez depuis si longtemps. Pour que son arrivée se passe au mieux, suivez minutieusement les étapes ci-dessous.

Avant l’arrivée du chiot

1. Organisez l’espace

L’arrivée d’un chiot demande quelques aménagements dans la maison. Bien organiser l’espace de vie avant son arrivée permet de l’introduire directement dans un lieu où chaque chose est à sa place et où il pourra immédiatement trouver des points de repère qui contribueront à le rassurer.

  • Un coin nuit

Il est essentiel de préparer le couchage du chiot avant son arrivée. Disposez un panier dans un lieu calme de la maison. Le chiot devra rapidement identifier cet endroit comme étant un lieu à lui où il peut se reposer sans être dérangé. Dans ce sens, il est recommandé d’informer les enfants de la famille qu’il est interdit d’aller réveiller le bébé chien lorsqu’il dort dans son panier.

Le lit de votre chiot doit être placé sur le sol et surtout pas en hauteur. En effet, les chiens sont des animaux sociaux qui entretiennent des rapports hiérarchiques avec les autres êtres vivants. Si le couchage de votre chien est plus haut que le reste de la pièce, il pourrait se sentir en position de force. Les chiens dominants notamment profitent de quelques détails comme celui-ci pour tenter de prendre la place de leader au sein de la meute. Pour rappel, la meute dans laquelle il vit est votre famille et vous, son maître, en êtes le chef.

Le panier idéal est le panier en plastique. Certes pas très esthétique, il est néanmoins très pratique, car il se nettoie facilement (n’oubliez pas qu’un chiot ne sait pas se retenir !). Et il y a peu de chances que votre petite boule de poils se mette à le mordiller, contrairement à un panier en osier. Un conseil : achetez un panier qui pourra convenir à votre chien une fois adulte, c’est toujours une économie de réalisée et les toutous sont généralement très attachés à leur premier dodo et n’ont aucune envie d’en changer en cours de route.

  • Un coin-repas

Le lieu où le chiot sera nourri doit être facile d’accès pour lui et pratique pour vous. Disposez une gamelle pour les croquettes et une gamelle d’eau dans la pièce choisie. L’eau de votre chiot doit être changée au minimum une fois par jour afin qu’elle soit toujours propre et fraîche.

En ce qui concerne le choix des gamelles, optez pour des récipients en inox ou en céramique. En effet, le plastique est souvent très vite mâchouillé par les petits chiots.

Il est également important d’anticiper le changement de nourriture de votre futur chien. Renseignez-vous au préalable auprès de la personne chez qui vous l’adoptez sur la marque de croquette avec laquelle il est actuellement nourri. Une fois arrivé à la maison, continuez à lui donner ces croquettes afin de ne pas perturber son système digestif. Puis mélangez-les progressivement aux nouvelles croquettes que vous lui avez choisies. Au bout de quelques jours d’adaptation, vous pourrez le nourrir exclusivement avec les nouvelles croquettes.

2. Faites des achats

L’arrivée d’un chiot implique l’achat de nombreux accessoires. Voici les indispensables :

  • Des jouets

C’est la base. Les jouets sont utiles tout au long de la vie du chien. Ils servent à le distraire, à le rassurer ou encore à l’éduquer. Privilégiez des jouets solides sans être trop durs pour ses petites quenottes et adaptés à sa taille. Les chiots sont du genre à engloutir tout ce qui leur passe sous la dent. Veillez donc à ce que les jouets choisis ne puissent pas être avalés.

Une petite astuce consiste à n’autoriser le chien à jouer avec ses joujoux qu’en la présence de son maître. Ainsi, il ne considérera pas ses jouets comme des objets du quotidien, mais comme des objets spéciaux et attrayants. C’est bien connu, on ne veut que ce que l’on n’a pas. Cette « privation » facilitera son apprentissage, car il sera bien plus heureux d’obéir à vos ordres s’il sait que la récompense est son jouet préféré que vous sortez uniquement pour les temps d’éducation.

  • Une laisse et un harnais

Lorsque l’on adopte un chien, il est essentiel de lui apprendre la marche au pied. Mais, au-delà de l’éducation, la laisse est avant tout une sécurité. Elle permet, notamment en ville, de contrôler les pulsions de votre chien et de lui éviter ainsi bien des accidents. Un chien qui traverse une route passante pour aller rejoindre un congénère aperçu de l’autre côté n’est pas rare et est très dangereux pour le chien comme pour les automobilistes.

L’idéal est d’opter pour une laisse courte. Les laisses enroulables sont fortement déconseillées. En effet, l’apprentissage de la marche en laisse est impossible avec cet accessoire. De plus, elles peuvent être source de nombreux accidents si le maître peine à les maîtriser.

Concernant le choix du harnais (les colliers causent trop d’étranglements), mieux vaut se diriger vers un harnais confortable et facile à enfiler. Si vous devez vous creuser la tête trois fois par jour pour comprendre dans quel sens le mettre à votre chien, cela risque de rapidement vous énerver. Vous pouvez prendre une taille au-dessus afin que votre chien le garde le plus longtemps possible, mais attention tout de même à ce qu’il ne soit pas en mesure de l’enlever.

  • Une caisse de transport

Non seulement elle vous servira pour aller chercher votre chiot le jour J, mais elle sera également bien utile pour le transporter en toute sécurité lors des visites chez le vétérinaire ou le temps du’un trajet en voiture. La caisse de transport permet de sécuriser votre chiot.

C’est également le premier objet qu’il va associer à vous et donc son premier point de repère. Veillez donc à ce que la caisse soit bien adaptée à sa taille et surtout très confortable afin qu’il puisse s’y reposer les jours suivants s’il le souhaite.

3. Sécurisez la maison

Des fils électriques qui dépassent, des étagères bancales, des produits toxiques facilement accessibles… Nos domiciles regorgent de dangers pour des bébés animaux.

Faites donc le vide dans les pièces auxquelles votre chiot aura accès et veillez à ce que rien ne puisse lui arriver, notamment en votre absence. Un chiot peut faire de nombreuses bêtises, notamment quand il se sent seul…

chiot golden
Crédits : Berkay Gumustekin/Unsplash

À l’arrivée du chiot

4. Adaptez le premier trajet en voiture

Lorsque vous irez chercher votre nouveau compagnon à quatre pattes chez son éleveur ou chez le particulier, adoptez une conduite calme sur le trajet du retour. L’idéal est d’être accompagné par un ami ou un membre de la famille afin que le chiot puisse voyager sur vos genoux pour son premier trajet en voiture. Cela le rassurera et ce premier contact physique lui permettra de sentir votre odeur et de commencer à s’y habituer.

Certains chiots ne sont pas habitués à se déplacer en voiture. Il n’est pas rare qu’ils soient pris de quelques nausées, voire qu’ils aient la diarrhée. Anticipez les possibles petits accidents en prévoyant une vieille couverture usée. N’hésitez pas à vous arrêter régulièrement sur le bord de la route, surtout si c’est un long trajet, afin de lui faire boire de l’eau et de lui dégourdir les pattes.

Enfin, certains pensent que les chiens sont sensibles à la musique classique qui les apaiserait. Si vous sentez que votre chiot est stressé, ça ne coûte rien d’essayer.

5. Laissez-le explorer son nouvel environnement

De nature curieuse, les chiots ne mettent généralement pas longtemps avant de vouloir partir à l’aventure. Une fois arrivés à la maison, indiquez-lui où se trouvent sa gamelle d’eau ainsi que son panier et laissez-le vagabonder.

Restez toujours présent à ses côtés afin qu’il ne se sente pas seul et abandonné dès les premières heures. N’hésitez pas à vous adresser à lui calmement avec une voix douce et enjouée, surtout s’il est apeuré. Dans tous les cas, ne le forcez pas à aller dans une pièce s’il n’en a pas envie ou à faire quelque chose qu’il ne veut pas faire.

Si votre chiot se met en danger ou commence à ses fourrer dans des endroits interdits, adressez-lui un « non » sec. En revanche, n’hésitez pas à le caresser lorsqu’il s’approche de vous (sans excès toutefois).

6. Organisez la rencontre avec les humains et les animaux de la famille

La première rencontre avec les autres membres du foyer est d’une importance capitale pour que le chiot se sente bien.

  • Les humains

Les enfants sont généralement très excités à l’arrivée d’un chiot. Il est important de leur faire comprendre qu’ils doivent adopter un comportement apaisé et apaisant en présence du nouveau venu.

La chose à ne pas faire est de se jeter sur lui en le couvrant de baisers et de caresses. Dites-leur de le laisser s’approcher d’eux et de ne pas faire de gestes brusques ou de pousser des cris qui pourraient l’apeurer.

  • Les animaux

Pour certains animaux, l’arrivée d’un nouveau membre dans le foyer est synonyme de bouleversements et donc de tension. Enfermez tous les animaux dans une pièce dans laquelle vous resterez présent. Laissez-les se renifler, se défier, s’observer. Une fois que vous sentez la situation totalement apaisée, que plus aucune agressivité n’est palpable, laissez-les sortir.

Ce premier contact est très important. Même si s’ensuivra une période d’acclimatation des deux côtés, il est essentiel qu’ils puissent se rencontrer rapidement afin de pouvoir s’apprivoiser et commencer à nouer une relation.

7. Posez les bases de l’éducation dès le premier repas

Le repas est un moment extrêmement lourd de sens pour le chien. Le chiot doit être nourri au même endroit de la maison et à la même heure chaque jour. Cela contribue à lui donner des points de repère qui favoriseront son bon développement au sein de la famille.

Nourrissez-le après votre propre repas afin de poser les bases des rapports que vous allez entretenir avec lui. Le chef de meute mange en premier et s’ensuit le reste de la meute. Ne dérogez pas à cette logique qui fait sens dans la tête d’un chien.

De même, dès le premier repas, lorsque votre chiot se jettera sur ses croquettes, enlevez-lui sa gamelle subitement. S’il ne réagit pas, reposez-la puis retentez l’expérience quelques secondes plus tard. S’il grogne ou tente de vous mordre, grondez-le en lui assénant un « non » très net puis attendez quelques minutes avant de lui redonner sa gamelle. Réitérez l’expérience plusieurs fois au cours de son repas. Cela permet de montrer au chien que c’est vous qui contrôlez sa nourriture et c’est un bon moyen d’asseoir dès le début votre autorité sur lui. Faites-le au moins une fois à chaque repas pendant plusieurs mois.

8. Gérez les sorties

Après le premier repas, ce sera certainement le moment de la première sortie. En effet, un chiot évacue presque instantanément ce qu’il a ingurgité. Dépêchez-vous donc de le sortir dans votre jardin ou dans la rue. Dans les deux cas, s’il fait de suite en sortant, félicitez-le comme s’il était un véritable héros. Les chiots sont très sensibles aux intonations de voix. N’hésitez donc pas à en faire des caisses !

Certains chiens sont habitués à être sortis deux fois par jour, d’autres trois fois par jour. Dans tous les cas, au début, un chiot fait ses besoins environ toutes les deux heures. Il est donc essentiel de s’organiser avec les autres membres de la famille pour se partager les temps de promenade tout au long de la journée.

9. La première nuit à la maison

La première nuit dans son nouveau foyer peut être synonyme d’angoisse et d’inquiétude chez le chiot. Arraché à sa maison et à sa famille d’origine, il peut être complètement perdu et apeuré. Sa réaction naturelle sera de « pleurer » pour qu’on vienne le chercher et le rassurer. Erreur fatale !

Si vous accourez pour prendre le chiot dans vos bras et lui dire que tout ira bien, il s’imaginera qu’il peut avoir ce qu’il veut en gémissant et vous en ferez un chien capricieux. Si vous avez prévu de le faire dormir dans une pièce autre que votre chambre (ce qui est généralement un bon choix), ne cédez pas à ses pleurs incessants. Il finira par s’endormir, c’est certain. Et s’il voit que vous ne répondez pas à ses appels et que vous lui tenez tête, les prochaines nuits seront beaucoup plus calmes, c’est promis !

Source

Vous aimerez aussi :

5 raisons de ne PAS adopter votre chien en animalerie

5 conseils à suivre absolument pour que chien et chat s’entendent

10 bonnes raisons d’adopter un chien dans un refuge