in

5 comportements qui peuvent indiquer un problème de santé chez le chat

Crédits : sjallenphotography / iStock

Les chats sont des créatures mystérieuses, redoutables dans l’art de la dissimulation. À tel point qu’il est parfois difficile de détecter chez eux un problème de santé. Et pour cause, certains comportements, qui peuvent nous sembler “normaux” au premier abord, cachent en fait un profond mal-être. Voici les plus fréquents. 

1. La malpropreté

Si votre chat, qui jusque-là était propre, se met subitement à faire ses besoins en dehors de sa litière, ce n’est pas normal. Il peut bien évidemment s’agir d’un problème environnemental (présence d’un nouveau chat dans les parages, déménagement, arrivée d’un bébé dans le foyer, achat d’un nouveau meuble…). En effet, les chats, qui sont avant tout des créatures d’habitudes, sont particulièrement sensibles au changement.

Mais si rien n’a changé dans l’environnement de votre boule de poils, cette malpropreté soudaine n’est peut-être pas liée au marquage du territoire. Dans ce cas, il est nécessaire d’explorer la piste du problème de santé.

Si votre chat est âgé de plus de 10 ans notamment, une maladie des voies urinaires, une incontinence, une insuffisance rénale chronique ou un syndrome de dysfonctionnement cognitif (démence sénile) peuvent par exemple être envisagés. En réalité, de nombreuses maladies ont pour symptôme la malpropreté.

2. Le toilettage excessif

D’ordinaire, votre chat avait déjà tendance à faire sa toilette plusieurs fois par jour. Mais depuis quelque temps, c’est devenu une véritable obsession. Il se lèche, se relèche et se relèche encore. Et ce tout au long de la journée.

Ce comportement excessif peut même parfois conduire à des troubles plus ou moins importants : perte de poils, irritation de la peau, plaies, vomissements répétés à cause des boules de poils…

Mais quelle est la cause de cet étrange comportement ? En réalité, un léchage excessif peut être causé par le stress, mais également par un problème de santé. Il peut s’agir d’une allergie, d’une infestation de parasites, d’une maladie de peau ou encore d’une infection localisée (si votre chat se lèche à un endroit bien particulier par exemple).

chat roux lèche patte
Crédits : TeamK/Pixabay

Bon à savoir : à l’inverse, un chat qui, brutalement, ne fait plus sa toilette, est également le signe que quelque chose ne va pas.

3. Les miaulements persistants

Certains chats sont plus bavards que d’autres, c’est un fait. Mais si votre félin se met tout à coup à vocaliser de manière excessive, il cherche peut-être à exprimer un certain mal-être.

En effet, l’instinct de survie des chats leur commande généralement d’intérioriser leurs souffrances et de cacher leurs faiblesses afin de ne pas alerter d’éventuels prédateurs sur leur état de santé.

Toutefois, une souffrance intense ou une maladie, comme l’hyperthyroïdie ou la démence sénile notamment, peuvent les pousser à extérioriser, et donc à miauler beaucoup. À noter que dans le cas de l’hyperthyroïdie, les miaulements de l’animal sont particulièrement reconnaissables car ils sont étrangement rauques. Quant aux chats souffrant de démence sénile, ils ont tendance à miauler la nuit de façon presque désespérée.

4. L’agressivité soudaine

Comme tout autre changement de comportement brutal chez le chat, l’agressivité n’est pas à prendre à la légère. Même si votre chat peut avoir des mouvements d’humeur, cela doit être passager. Si son agressivité perdure dans le temps, un problème de santé doit être envisagé.

Nombreuses sont les maladies qui peuvent provoquer de l’agressivité chez le chat, notamment les maladies neurologiques. Mais ce comportement peut également être dû à un problème d’ordre physique à l’origine d’une douleur intense. Notamment si l’agressivité de votre chat se déclenche toujours au moment où vous le touchez.

Dans tous les cas, un bilan de santé chez un vétérinaire est indispensable.

5. Un changement d’appétit

Si votre chat voit du jour au lendemain son appétit augmenter ou diminuer, et ce durant plus de quelques jours, cela mérite toute votre attention. D’autant plus si son alimentation n’a pas été modifiée et que ce changement d’appétit est accompagné d’autres symptômes inhabituels (soif excessive, perte de poids…).

L’insuffisance rénale, mais aussi le diabète, l’hyperthyroïdie, les maladies dentaires, les maladies du foie ou encore un cancer intestinal peuvent être en cause. En somme, vous l’aurez compris, le choix est vaste, d’où la nécessité de demander l’avis d’un vétérinaire.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :