in

Un rhinocéros blanc abattu par des braconniers au Zoo de Thoiry : sa corne a été tronçonnée…

Crédits : Ltshears/Wikipédia

Dans la nuit du 6 au 7 mars, des braconniers se sont introduits dans le Parc Zoologique de Thoiry dans les Yvelines pour tuer un rhinocéros blanc et s’emparer de l’une de ses cornes. Les coupables n’ont pas encore été retrouvés.

Les faits

Les malfaiteurs sont entrés dans le parc en forçant une des grilles extérieures aux abords de la Plaine Africaine. Ensuite, ils ont forcé une seconde porte, celle du bâtiment des rhinocéros blancs. Enfin, ils ont fracturé celle qui était intermédiaire à l’intérieur. Ainsi, ils ont pu accéder aux loges des animaux où ils ont tué Vince de trois balles dans la tête. Il était le plus jeune rhinocéros blanc du zoo de Thoiry. Il y était arrivé en mars 2015 en provenance du Burger Zoo d’Arnhem aux Pays-Bas.

La première corne du rhinocéros a été tranchée, probablement avec une tronçonneuse, et la deuxième a été partiellement coupée. Il se peut donc que quelque chose ait dérangé les criminels. Ou qu’ils aient eu du mauvais matériel pour accomplir leur crime. Crime que les mesures de sécurité, la présence de cinq membres du personnel vivant sur place et les caméras de sécurité n’ont pu éviter.

Deux autres rhinocéros blancs vivent dans le Parc Zoologique de Thoiry, Gracie âgée de 37 ans et Bruno âgé de 5 ans. Par chance, les deux autres rhinocéros ont échappé aux malfaiteurs et sont aujourd’hui sains et saufs.

C’est la soigneuse de Vince qui l’a trouvé ce matin vers 9 h 30. L’ensemble du personnel est profondément choqué par ce qu’il s’est passé cette nuit. C’est la première fois en Europe que des braconniers s’en prennent à un animal dans un zoo.

rhinoceros blanc
Crédits : William Murphy/Flickr

Les rhinocéros en danger

Les différentes espèces de rhinocéros sont toutes menacées exclusivement à cause de la demande de cornes auxquelles certains Asiatiques prêtent des vertus médicinales. Il faut savoir que les cornes de rhinocéros font l’objet d’un commerce illégal très fructueux bien qu’il soit interdit au niveau international depuis 1977. Le trafic d’espèces sauvages protégées, dont celui des cornes de rhinocéros fait partie, est le 4e trafic au monde après celui de la drogue, de la contrefaçon et d’êtres humains.

Sur le marché noir, 1 kilo de corne peut rapporter jusqu’à 60 000 dollars. Près de 80 % de la population mondiale de rhinocéros vit en Afrique du Sud où il a fallu attendre 2008 pour que le braconnage soit interdit. Les chiffres du braconnage en Afrique du Sud restent dramatiques malgré les interdictions et ne cessent d’augmenter depuis la réglementation. Le record du nombre de rhinocéros braconnés depuis que l’interdiction existe a même été battu en 2015 avec au moins 1 338 rhinocéros braconnés.

Les rares rhinocéros se trouvant en Inde sont loin d’échapper au phénomène. Des mesures plus radicales ont été prises dans le pays. Notamment dans le parc de Kaziranga où les gardiens ont effet le droit de tirer sur les braconniers. Cela n’empêche pas au braconnage de gagner du terrain et de continuer à menacer entre autres les 2 500 rhinocéros du parc. L’association WWF travaillerait même avec les différentes autorités afin de créer une base d’ADN des rhinocéros.

Vous aimerez aussi :

Pour protéger les rhinocéros, un parc naturel permet à ses gardiens de tirer sur les braconniers

Top 10 des animaux les plus rares du monde

Kenya : bientôt la peine de mort pour les braconniers ?