in

Japon : en l’absence de touristes pour les nourrir, ces cerfs envahissent la ville de Nara !

Crédits : Capture vidéo Twitter / okadennis

La pandémie de coronavirus touche désormais de nombreux pays dans le monde, obligeant certains d’entre eux à confiner leurs populations. De fait, c’est aujourd’hui plus d’un milliard de personnes qui sont priées de rester chez elles et de limiter leurs déplacements. L’un des principaux secteurs à pâtir de ces mesures de restriction est bien entendu le secteur touristique. En effet, les gens ne pouvant plus se déplacer, hormis pour faire leurs courses, pour travailler ou pour aller chez le médecin, les voyages sont désormais proscrits. Et cela a des conséquences pour le moins inattendues sur la faune sauvage…

Des cerfs à la recherche de nourriture

Il y a quelques jours, nous évoquions le retour de la biodiversité, et notamment des animaux marins, dans certaines régions d’Italie, comme à Venise. Mais ce n’est pas le seul pays à observer des changements de comportement au niveau de sa faune sauvage.

Le Japon aussi est concerné, plus particulièrement la ville de Nara qui voit débarquer dans ses rues des centaines de cerfs sika. Ces cerfs sont, depuis toujours, considérés comme des animaux sacrés. De fait, il est interdit de les chasser.

Plus d’un millier d’entre eux vivent dans un parc situé au coeur de la ville de Nara. Habitués à être au contact des humains, ils se laissent facilement approcher, ce qui fait le bonheur des visiteurs. Il est également possible de les nourrir en leur donnant des craquelins de riz vendus dans le parc. Toute l’année, ces cervidés évoluent en toute liberté dans le parc, qui n’est pas fermé, ce qui les amène parfois à effectuer quelques escapades en ville. 

Toutefois, depuis le début de la crise du coronavirus, les habitants de Nara ont pu constater que les cerfs s’aventuraient de plus en plus dans les rues. La raison ? L’absence de touristes et de promeneurs, obligés de rester chez eux, les pousse à chercher de la nourriture ailleurs. Pour cela, ils n’hésitent pas à arpenter les rues à la recherche du moindre brin d’herbe. 

Même si l’apparition de ces troupeaux de cerfs dans l’espace urbain peut faire sourire, il ne faut pas oublier qu’ils peuvent représenter un vrai danger pour la population, mais aussi pour eux-mêmes. En effet, cette habitude de déambuler dans les rues peut être à l’origine d’accidents de la route notamment. 

Coronavirus : quelle est la situation au Japon ? 

Si les cerfs de Nara se sentent obligés de partir en quête de nourriture hors de leur parc, c’est parce que le Japon a perdu 80% de ses touristes en quelques semaines. Et pour cause, comme nous l’avons indiqué ci-dessus, une grande partie de la planète est désormais confinée. Mais qu’en est-il du Japon ? 

Au Japon, le confinement n’est pas à l’ordre du jour pour la simple et bonne raison que le pays semble avoir pu contenir rapidement l’épidémie. En effet, à ce jour, il compte un peu plus de 1 000 cas confirmés pour 29 décès. À noter que ce bilan n’inclut pas les cas recensés sur le Diamond Princess (712 personnes infectées pour 8 décès), le navire de croisière qui avait accosté au Japon et qui avait été placé en quarantaine, avec ses passagers, pendant plus d’un mois. 

Même si les japonais ne sont pas confinés, ils sont tout de même priés de limiter leurs déplacements et de privilégier le télétravail. Mais l’avantage est que, dans ce pays, les gestes barrière destinés à ralentir l’épidémie sont d’ores et déjà effectués au quotidien par les habitants.

En effet, les japonais n’ont pas pour habitude de se serrer la main, de se faire la bise ni même de ne pas se laver les mains plusieurs fois dans la journée. Ces gestes sont inscrits dans les moeurs. Sans compter que la plus grande propreté est de rigueur partout, notamment dans les espaces publics (transports en commun, toilettes…).

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :