in

Incendies destructeurs en Australie : qu’en est-il de la faune ?

Les flammes dans le Queensland en décembre 2019. Crédits : iStock / philips

L’Australie fait en ce moment même face à des incendies sans précédent, qui ne cessent de progresser en dépit des efforts colossaux déployés par les pompiers. Les flammes ravagent une bonne partie de l’est du pays, laissant derrière elles une vingtaine de victimes humaines, des services de sécurité exténués et des habitants sans ressources.

Si même les moyens mis en place peinent à faire face à la détresse humaine, on ne peut qu’imaginer la gravité de cette catastrophe sur la faune australienne. Faisons donc le point sur ce que l’on sait pour le moment sur les animaux victimes des flammes.

Un demi-milliard d’animaux morts dans les flammes

Le 28 novembre dernier, nous évoquions la situation préoccupante des koalas face aux incendies. À l’heure actuelle, il n’est malheureusement pas question d’embellie : les feux occupent aujourd’hui l’équivalent de 6 000 terrains de football, et ne semblent pas s’arrêter.

Si la priorité des secours se concentre sur la protection des humains et des habitations, il est encore difficile de savoir précisément dans quelle mesure la faune a été impactée. Mais elle a déjà payé un lourd tribut. Selon l’Université de Sydney, pas moins d’un demi-milliard de mammifères, marsupiaux, oiseaux et reptiles auraient péri depuis le début des incendies.

D’une autre manière, les animaux de ferme ont pour certains fait les frais des feux. Des centaines de vaches et autant de moutons ayant survécu au passage des flammes ont en effet été euthanasiés par leurs propriétaires, la mort dans l’âme. Ils présentaient de graves brûlures aux pattes, aux yeux et à la tête qui les faisaient trop souffrir.

La difficulté de faire face aux feux 

Si les koalas ont une amplitude de déplacement assez faible qui justifie le fait qu’ils soient plus facilement victimes, tous les animaux souffrent de cette situation. Notamment à cause des fumées et de l’irrespirabilité de l’air causée par les émanations toxiques et la chaleur écrasante qui avoisine les 40 °C.

De fait, les oiseaux et autres chauves-souris sont menacés, et tombent littéralement des arbres. L’île Kangourou a elle aussi été la proie des feux de brousse. Cette dernière abrite une colonie de koalas exempte de certaines maladies, des abeilles qui produisent un miel réputé et des marsupiaux uniques.

La fragilisation – quand ce n’est pas la destruction – de leur habitat naturel rend donc tous ces animaux vulnérables. Selon les experts de la faune australienne, toutes les espèces ne pourront pas rétablir durablement et sereinement leurs effectifs. Certains parlent même d’une dizaine d’années avant de revoir certains spécimens.

Un peu de baume au cœur 

Au milieu de la débâcle, de petits miracles se produisent tout de même. Ce fut par exemple le cas pour Damian Campbell-Davys, un routier qui a pu recueillir un koala échappé des flammes. Assoiffé, l’animal a bu pendant une heure avant d’être remis à une association, de quoi « illuminer la journée » de cet homme.

Le weekend dernier, l’association Native Wildlife Rescue a recueilli environ 200 chauves-souris pour les préserver de la chaleur. D’autre part, les hôpitaux dédiés à la faune australienne reçoivent autant d’animaux blessés que leurs structures le permettent.

Sur l’île Kangourou, détruite sur un tiers de sa superficie, les habitants s’activent pour la faune. De nombreux particuliers et pompiers amènent ainsi des kangourous et koalas blessés au Kangaroo Island Wildlife Park, qui les prend en charge. Certains font aussi des tours en voiture dans les zones sinistrées pour recueillir les animaux rescapés ayant besoin de soins.

Vous aimerez aussi : 

8 animaux que vous ne verrez qu’en Australie

En Australie, les chats tueraient 650 millions de reptiles chaque année !

Top 5 des araignées les plus dangereuses d’Australie