in

Hautes-Alpes : la préfète reçoit en “cadeau” une queue de loup…

Crédits : iStock / Waitandshoot

C’est un “cadeau” bien particulier que la préfète des Hautes-Alpes a reçu de la part du président du conseil départemental pour célébrer son départ. Une queue de loup lui a en effet été offerte, provoquant bien sûr la polémique sur fond de débat sur la présence de cet animal dans cette région. Loup qui, pour rappel, est une espèce protégée.

Un mauvais goût qui ne fait pas avancer le débat

C’est la dernière polémique en date, et pas des moindres. Jean-Marie Bernard, président du département des Hautes-Alpes, a fait parvenir à la préfète Cécile Bigot-Dekeyzer un présent plus que douteux pour célébrer le départ de cette dernière. Monsieur Bernard réitère donc une action qu’il avait déjà réalisée avec l’ancien préfet.

Non sans ironie, il a tenu à préciser qu’il s’agissait là d’un « geste amical ». Sorte de clin d’œil pour souligner que « le problème du loup dans le département pour les éleveurs n’a pas été résolu ». Si la colère des éleveurs peut en effet être compréhensible, voilà un geste qui ne risque pas d’apaiser le débat…

loup
Crédits : MRCat/Pixabay

Un cadeau qui provoque l’indignation

Les réactions ont en effet été très rapides. L’association Férus, qui lutte pour la défense et la sauvegarde des grands prédateurs a notamment réagi par le biais d’un communiqué de presse.

« Nous ne pouvons qu’être atterrés de voir cette pratique d’un autre âge dans un pays développé au 21e siècle. »

Le loup est en effet une espèce protégée depuis l’année 1993, ce que réfute Jean-Marie Bernard. Selon lui, cet animal est loin d’être une espèce en danger, et ne mérite pas d’être protégé. Sans revenir sur le fait que son geste ne va pas plus résoudre la crise, de nombreuses questions se posent suite à ce geste.

loups
Crédits : Pxhere

Comment s’est-il procuré cette queue de loup ? 

Nul besoin d’être Sherlock Holmes pour déduire que la façon dont cet homme s’est procuré cette queue de loup est loin d’être reluisante, voire légale. Le communiqué de Férus rappelle à ce sujet qu’il est « illégal de transporter sa dépouille [du loup], ou une partie, sans autorisation ». 

« Comment un élu de la République peut-il à ce point mépriser une espèce protégée et menacée ? »

En attendant, le président du conseil départemental n’a – étonnamment – pas souhaité révéler l’origine de ce présent, estimant que cette information ne regarde que lui. Qu’à cela ne tienne, Férus a déposé une plainte le 26 février auprès du Procureur de la République de Gap pour tenter de trouver l’origine de cette queue de loup.

Vous aimerez aussi :

5 choses à faire en cas de rencontre avec un loup

VIDÉO : des loups arctiques se promènent tranquillement dans un camp au Canada. Une rencontre rare !

Une étude révèle que tous les chiens descendent d’une même meute de loups !