in

France : la solidarité s’organise pour garder les animaux du personnel soignant

Crédits : iStock / Kyryl Gorlov

À l’heure où la France, ainsi que de nombreux pays, est à l’arrêt pour faire face à la crise sanitaire actuelle, de nombreux réseaux de solidarité s’organisent. Notamment pour venir en aide aux soignant·e·s qui œuvrent pour soigner les malades du coronavirus. 

Les animaux de compagnie, victimes collatérales du coronavirus

À des niveaux différents, les animaux sont eux aussi impactés par la pandémie actuelle, avec de bonnes et de moins bonnes nouvelles les concernant. Pour les premières, de plus en plus de pays se mobilisent pour lutter contre les trafics d’animaux sauvages. Dans le second cas, les animaux sont parfois victimes de rumeurs qui font craindre à la SPA une vague massive d’abandons.

Pour rappel : les animaux domestiques ne peuvent pas transmettre le coronavirus.

Partout en France, des initiatives sont mises en place pour s’occuper des animaux des soigant·e·s qui sont en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Afin d’alléger leur quotidien au maximum et de les soutenir autant que possible, des associations et refuges – ainsi que des personnes volontaires – se sont donc proposées pour en prendre soin.

Crédits : Sylphide/Wikimedia Commons

Un soutien venu des refuges et de volontaires

Agissant beaucoup sur les réseaux sociaux, des personnes ont décidé d’agir pour prendre soin gratuitement des animaux des soignant·e·s accaparés par leur métier en ce moment. Ces volontaires sont tout à tour des responsables et / ou bénévoles d’associations, des voisin·e·s et autres particuliers.

À Toulouse, l’association Le resto des Zanimos a donc offert son aide pour que des volontaires hébergent pendant un ou plusieurs jours, promènent et prennent soin des animaux de soignant·e·s. Ils se proposent également de prendre soin des animaux de personnes hospitalisées.

Dans la même région, la société de garde d’animaux à domicile Domianim propose aussi de garder gratuitement les compagnons de celles et ceux qui travaillent dans le milieu hospitalier. Dans les Côtes d’Armor, la pension canine Abridog se propose également d’héberger et de nourrir gratuitement les chiens du personnel de santé.

Crédits : iStock

Comment aider ? 

De manière plus globale, les sites d’entraide entre voisins et les réseaux sociaux sont les outils privilégiés pour proposer et recevoir de l’aide. À une échelle plus large, toutes les personnes mobilisées par la situation sont donc concernées. Évoquons par exemple celles qui travaillent dans les commerces, celles qui s’occupent du ménage et dans les établissements type EHPAD.

Si vous connaissez des personnes qui travaillent dans ces milieux et qui ont besoin d’aide pour s’occuper de leurs animaux, ces réseaux de voisinage se révèlent précieux. Qu’ils soient mobilisés via une annonce dans un hall d’immeuble ou sur les réseaux sociaux, ils permettent par exemple de respecter le périmètre de confinement en vigueur.

Des sites comme Mon bibou ou Emprunte mon toutou – ce dernier ayant été rendu gratuit au vu de la situation actuelle – mettent également en relation des personnes qui souhaitent faire garder leurs animaux avec des pet-sitters. De quoi alléger le quotidien de celles et ceux qui effectuent aujourd’hui un travail aussi essentiel que remarquable.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi : 

Confinement : la France est à l’arrêt, la chasse aussi

La SPA ferme ses refuges au public et en appelle à « la responsabilité des propriétaires d’animaux »

Confinement : les cliniques vétérinaires et les animaleries restent-elles ouvertes ?