in ,

Chasse à la marmotte : quand le massacre va-t-il enfin cesser ?

marmotte
Crédits : Christopher Broman Tak/iStock

Débutée le 11 septembre dernier, la chasse à la marmotte s’est close ce dimanche 9 octobre 2022. Malgré son statut d’animal protégé, la marmotte subit encore chaque année cette pratique très décriée dans plusieurs départements français. Plusieurs organisations luttant pour la protection des animaux se sont d’ailleurs mobilisées afin de faire bouger les choses.

La marmotte vit en montagne à partir de 1000 m d’altitude et est parfois victimes d’agressions de la part des randonneurs. Cependant, cet animal fait surtout face chaque année à une période de chasse toujours en vigueur dans une dizaine de départements du sud-est de la France. Il n’y a ici même pas la moindre once d’un quelconque besoin de réguler l’espèce, qui est en plus en voie de disparition. Mais alors, à quand l’interdiction pure et simple de ce massacre gratuit d’animaux ?

marmotte
Crédits : Julius_Silver/Pixabay

Les ONG se liguent contre la chasse à la marmotte

La marmotte est une espèce protégée depuis 1990 d’après la convention de Berne. 32 ans après les accords suisses, la chasse continue par endroits. C’est pourquoi, tout juste avant l’ouverture de cette chasse, 24 ONG, dont 30 millions d’amis, se sont alliées en dénonçant cette pratique au travers d’une Tribune avec l’espoir que la saison de chasse à la marmotte 2023-2024 n’ait jamais lieu. La fondation Brigitte Bardot met elle aussi en avant le besoin urgent de préserver cet animal fouisseur.

Le combat des organisations pour la défense animale continue donc pour éveiller les consciences et stopper ce qu’elles estiment être un carnage. Elles ont également mis en place une pétition (à laquelle vous pouvez participer) visant à interdire définitivement la traque de la marmotte. Petite avancée malgré tout, les Pyrénées-Orientales et le Cantal ont décidé en cette fin d’été de prohiber la chasse à la marmotte sur leur territoire.

La marmotte, une espèce en voie d’extinction

Le dérèglement climatique impacte l’ensemble de la biosphère, nous le savons tous. Et malheureusement, les marmottes en sont des victimes directes. En effet, l’amenuisement des chutes de neige perturbe leur habitat. Sans cette masse compacte qui s’agglutine en temps normal sur les hauts plateaux, ces petites bêtes se trouvent de plus en plus exposées aux froids intenses et rigoureux des hivers successifs. De ce fait, elles dépensent plus d’énergie pour maintenir leur température corporelle. Après leur période d’hibernation qui dure environ six mois, les femelles se retrouvent très affaiblies et mettent au monde des portées moins robustes. Ce cycle fragilise et réduit ainsi à terme la population des marmottes alpines.

marmotte
Crédits : BrianEKushner/iStock

Par ailleurs, la marmotte est extrêmement utile à nos montagnes. En effet, elle contribue principalement à la fertilité des sols grâce à son travail d’animal fouisseur qui aère la terre. Ce n’est pas tout, car en labourant les surfaces, elle participe sans le vouloir à l’apport de besoins naturels dont beaucoup d’animaux sont dépendants, comme les oiseaux et les invertébrés. De surcroît, en se nourrissant, cet animal diversifie la végétation montagneuse. Rappelons en outre que la marmotte est un animal qui ressent la peur et la douleur. Et pour terminer, sans cette mangeuse d’herbes hautes, le risque d’avalanche s’accentue considérablement. Vous en conviendrez donc, la marmotte est indubitablement indispensable à la biodiversité de nos massifs.

Sauvegardons tant qu’il est encore temps ce qui nous est de plus cher : notre environnement si unique, car nous n’en dénicherons aucun autre.