in

Marmotte : 5 choses à savoir sur cette habitante incontournable des montagnes

Crédits : Astrid860 / iStock

C’est l’une des habitantes les plus sympathiques des montagnes. La marmotte est non seulement facile à observer dans son milieu naturel, mais elle est en plus peu sauvage. C’est donc un plaisir de pouvoir en rencontrer à partir du printemps lors de balades dans la nature. Mais connaissez-vous vraiment cet animal ?

1. Il existe une quinzaine d’espèces de marmotte 

Si nous connaissons principalement la marmotte des Alpes, que l’on peut également observer dans les Pyrénées, il n’en reste pas moins que cet animal est présent sur plus de continents que l’on pourrait le penser. Il en existe en effet en Amérique du Nord, comme la marmotte d’Alaska, des Rocheuses ou encore du Canada.

L’Asie n’est pas en reste, puisque l’on peut y observer des marmottes de Sibérie, de l’Himalaya, de Chine. Les différences entre toutes les espèces de marmotte sont assez peu marquées. Elles se situent la plupart du temps dans la couleur de leur pelage ou la différence de gabarit. En France, la marmotte est le second rongeur le plus présent après le castor.

2. Elle a longtemps été (et est toujours) victime de la chasse

Pendant très longtemps, les marmottes ont été prisées pour leur fourrure, leur graisse… Et leur viande, qui est comestible. C’est particulièrement vrai en Amérique du Nord, ou la chasse à la marmotte est d’ailleurs toujours autorisée sans restriction particulière.

En France, le sujet est aussi toujours d’actualité, puisque pas moins de 900 marmottes seraient victimes de la chasse chaque année. Toutefois, « le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat de spécimens morts » est interdit par la loi.

marmotte
Crédits : iStock / keylab007

3. Elle hiberne durant quatre mois

Sur une année, la marmotte hiberne durant 5 mois et demi. Mais elle conserve un minimum d’activité durant l’hiver, pour aller faire ses besoins notamment. Les marmottes se réveillent en effet toutes les 2 à 3 semaines. Mais lorsque leur métabolisme se met en mode léthargie, elles ont une température plus basse que celle de l’ours ou du blaireau à la même période.

Les marmottes hibernent en groupe – plus précisément en famille – dans un terrier. C’est indispensable à leur survie, car des températures trop négatives mettraient leur vie en danger. La chaleur dégagée par le groupe est donc un véritable atout.

4. La famille avant tout

Les marmottes sont des animaux très sociaux qui s’organisent autour d’une structure bien précise. La plupart du temps, un couple est à la tête d’un groupe de marmottes, composé de leurs petits. Il arrive parfois que les frères restent dans le même terrier pour protéger les membres les plus fragiles pendant l’hibernation.

Certaines marmottes sont aussi polygames. Quoi qu’il en soit, ces colonies se répartissent avec d’autres des territoires bien précis, qui peuvent atteindre une superficie de 20 000 m2 ! Ce sont les mâles qui veillent sur ces terres, et qui préviennent leurs congénères de tout danger avec leur sifflement reconnaissable.

Crédits : fda54/Pixabay

5. Les marmottes sont des tueuses

Ces sympathiques rongeurs nous paraissent on ne peut plus inoffensifs, mais mieux vaut se méfier des apparences. Au printemps, ils débordent d’énergie après avoir rechargé leurs batteries durant la saison froide. À tel point qu’ils en viennent à jouer sous forme de combat !

Mais d’autres fois, ce n’est plus du tout pour rire. Leur fonctionnement social amène parfois quelques tensions, et il n’est donc pas rare de voir des marmottes enterrées vivantes ou tuées à coup de pierre