in

Sauvez Maurice : la justice veut euthanasier leur sanglier domestique !

Crédits : Byrdyak / iStock

C’est une histoire à peine croyable qui se déroule en ce moment dans la commune de Le Jardin, en Corrèze. Cinq ans après avoir sauvé un marcassin, un couple se voit contraint par la justice de soit placer son sanglier dans une structure spécialisée, soit… le faire euthanasier !

Une véritable histoire d’amitié

C’est sur leur terrain que Sylvia Bachellerie et son compagnon, William Vayne, découvrent, il y a cinq ans, un jeune marcassin blessé. Ne pouvant pas se résigner à le laisser mourir là, ils décident alors de le recueillir et de le soigner. Au fur et à mesure de son rétablissement, l’animal, baptisé Maurice, semble alors s’attacher à ses sauveurs. À tel point que, le jour de sa libération, il refuse catégoriquement de les quitter pour retourner à l’état sauvage.

Les deux amoureux des animaux décident alors de garder Maurice avec eux et lui aménagent dans leur jardin un grand enclos de 500 m2, isolé des autres habitations du village. Depuis, ils ont tous les trois noué une amitié solide, basée sur la confiance et le respect, comme ça aurait été le cas avec n’importe quel animal de compagnie.

sanglier
Crédits : iStock

Malheureusement, il semble que leur belle histoire fasse des jaloux ou, du moins, qu’elle ne plaise pas à tout le monde…

Une délation à l’origine de leurs problèmes avec la justice

Alors que Maurice vivait heureux dans sa nouvelle famille depuis cinq ans, une personne anonyme a pris l’étrange décision de dénoncer le couple à l’Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). La raison ? Il est interdit de détenir un animal sauvage dont la chasse est soumise à autorisation.

« Nous avons vu des gardes de l’ONCFS venir chez nous, raconte Sylvia au Figaro. Les agents sont allés voir Maurice dans son enclos de 500 mètres carrés entouré d’un grillage spécial pour gibier. Nous l’avions retrouvé cinq ans plus tôt, apeuré et blessé, sous un tas de bois, dans notre jardin. On n’allait pas laisser mourir la pauvre bête ! Tout notre village connaissait l’existence du sanglier et n’y voyait rien à y redire, le maire compris. »

Et c’est là que les problèmes ont commencé. En effet, suite à la visite de l’ONCFS, Sylvia et William ont reçu un courrier leur indiquant qu’ils étaient en infraction et qu’ils devaient placer Maurice dans une structure adaptée. Ils ont alors envoyé une demande d’agrément pour détenir un animal sauvage, mais celle-ci leur a été refusée. Mais le pire reste à venir…

En effet, le couple n’ayant pas pu trouver de structure pouvant accueillir des sangliers, le procureur de Tulle a demandé l’euthanasie de Maurice en septembre 2019. Révoltée par cette décision injuste, Sylvia a alors décidé de porter l’affaire en justice et de tout faire pour éviter que Maurice ne soit abattu. Elle a ainsi créé une page Facebook, baptisée “Sauvez Maurice”, lancé une pétition ainsi qu’une cagnotte en ligne afin de couvrir les frais de justice.

Publiée par Sauvez Maurice sur Jeudi 16 janvier 2020

 

À l’heure d’aujourd’hui, la justice a accordé un délai supplémentaire à Sylvia, William et Maurice. Mais elle devra statuer définitivement sur le sort de Maurice le 18 mars prochain. D’ici là, n’hésitez pas à aider cette famille à éviter le pire en partageant leur combat !

Vous aimerez aussi :