in ,

Retrouvé presque “momifié”, ce bébé orang-outan est désormais à peine reconnaissable

Crédits : Capture YouTube/International Animal Rescue IAR
Retrouvé presque “momifié”, ce bébé orang-outan est désormais à peine reconnaissable
noté 5 - 4 votes

C’est en 2015 qu’un bébé orang-outan, depuis baptisé Gito, a été découvert dans une boîte en carton abandonnée au bord de la route dans un petit village situé à l’ouest de l’île de Bornéo. Le pauvre animal était tellement brûlé par le soleil qu’on aurait dit qu’il était littéralement momifié. Les braconniers qui l’ont placé là ont d’abord tué sa mère avant de le laisser pour mort en plein soleil. Une cruauté sans nom.

Sauvé in extremis

Baignant dans son urine, affamé, assoiffé, rongé par la gale et ayant perdu presque tous ses poils, Gito était dans un état lamentable lorsque ses sauveteurs l’ont trouvé. Allongé sur le dos, les bras en croix, il ressemblait étrangement à une momie.

Au début, nous pensions qu’il était mort“, a écrit International Animal Rescue (IAR) sur son site internet. “Il était allongé comme un cadavre avec ses bras croisés sur sa poitrine et cela, avec un manque de poils et une peau écaillée grise, ce qui lui donnait l’air presque momifié dans son cercueil en carton.”

Crédits : IAR

Immédiatement, les bénévoles de l’association ont décidé de transporter le petit animal dans une clinique vétérinaire. Et après toutes les terribles épreuves que Gito avait déjà subies durant sa courte vie, le bébé singe a également résisté au voyage en moto de 9h jusqu’à la clinique. Un véritable exploit ! Il a ensuite été pris en charge par les vétérinaires et a doucement entamé son processus de guérison.

Un singe désormais épanoui

Gito a depuis bien grandi et est désormais un orang-outan méconnaissable. Ses poils ont retrouvé une belle teinte orange vif et sa peau est en bonne santé. De plus, le jeune singe est très dynamique et fortement apprécié au sein du sanctuaire protégé dans lequel il vit actuellement.

Crédits : IAR

Étant donné que les orangs-outans restent normalement avec leur mère jusqu’à l’âge de 7 ans, les bénévoles oeuvrent quotidiennement pour apprendre aux petits singes orphelins à se débrouiller seuls dans la nature. Ils leur enseignent notamment à trouver de la nourriture, à construire des nids ou encore à grimper aux arbres.

L’objectif est simple : faire d’eux des orangs-outans autonomes et accomplis afin de pouvoir les relâcher dans la nature, dans une zone protégée, au bout de quelques années.

Crédits : IAR

Les orangs-outans menacés par la déforestation et le braconnage

En Indonésie, la déforestation fait rage pour faire place aux plantations d’huile de palme, obligeant les animaux vivant dans la forêt à se rapprocher de plus en plus des habitations. Ainsi, les singes sont soit tués par les habitants des villages, soit tués par les braconniers et les bébés capturés pour être vendus comme animaux de compagnie.

Le seul moyen pour les citoyens d’enrayer cette déforestation et donc ce massacre de la faune sauvage, est de cesser de consommer des produits fabriqués à partir d’huile de palme (comme la célèbre pâte à tartiner, par exemple). En serez-vous capable ?

Source

Articles liés

VIDÉO : un chien errant voit sa vie changer du tout au tout grâce à… un livre

VIDÉO : en Haute-Savoie, un bouquetin sauvé in extremis par un traileur

La transformation de ce chien abandonné au physique effrayant est à couper le souffle !