in

L’histoire tragique de Knut, le petit ours polaire

Crédits : Wikipedia

Vous avez sûrement déjà entendu parler de Knut. Ce petit ours blanc Berlinois qui a fait le tour du monde avec son histoire. Nous allons vous la raconter.

La naissance de Knut

Après 30 ans sans naissance d’ours blanc dans ce zoo, sa venue relève d’un miracle. Au zoo de Berlin, Knut, un ours blanc, est né le 5 décembre 2006. Il avait un frère, mais ce dernier est décédé d’une infection quelques jours après sa naissance. En effet, dans la vie des ours blancs, les trois premiers mois sont décisifs et il n’est pas rare que les oursons perdent la vie.

Dès le début, la vie de Knut est compliquée car il est rejeté par sa mère. C’est alors un gardien de zoo, Thomas Dörflein, qui va s’occuper de lui. Mais Knut est un ourson qui demande énormément d’attention. Thomas doit alors passer ses nuits avec lui pour jouer et le nourrir. Dans les premiers mois de vie de l’ourson, il doit même se lever toutes les deux heures pour lui préparer un biberon. Pour la petite anecdote, en grandissant, Knut a développé un péché mignon pour les croissants.

Thomas Dörflein accompagne Knut lors de ses apparitions publiques quotidiennes. Elles sont au nombre de deux. Ainsi, en étant toujours auprès de Knut, Thomas devient lui aussi une célébrité.

Crédits : Andrea & Stephan / Flickr

Une vie de célébrité

Dès le début, l’histoire de Knut a ému les Berlinois, mais pas seulement. Cette naissance attendue depuis si longtemps, l’abandon par sa mère et sa relation avec le gardien Dörflein l’ont rendu célèbre dans le monde entier.

C’est le 23 mars 2007, à un peu plus de 3 mois, que Knut est présenté au public. Pour cette occasion, plus de 400 journalistes sont présents afin de relayer les informations et les photographies à l’international. Ce jour est devenu le Knut Day.

Mais Knut n’a jamais cessé d’attirer les foules au zoo. Rien qu’en août 2007, le zoo a compté plus de 400 000 visiteurs.

Knut, le sauveteur économique du zoo de Berlin devenu un moyen de communication

L’arrivée de cet ours a sauvé l’économie du zoo. En effet, le zoo de Berlin se portait très mal. Knut a créé un phénomène de masse appelé la Knutmania. De nombreux produits dérivés ont été créés : jouets, peluches, livres, DVD, émissions spéciales racontant sa vie … Knut a fait gagner des millions d’euros au zoo de Berlin.

Fin mars 2007, le zoo enregistre même KNUT comme marque déposée.

Nombreuses sont les entreprises qui ont également surfé sur la vague. La marque de bonbons Haribo a créé un ourson en gelée au nom évocateur : Cuddly Knut. La promesse de la marque était de verser dix centimes d’euros au zoo par boîte de bonbons vendue. Ce produit a été un véritable succès, les ventes ont explosé et une seule usine n’était plus suffisante pour la production.

Knut avait également son nom dans des chansons telles que « Knut is cute », en français « Knut est mignon » et « Knut, der kleine Eisbär », traduit par « Knut, le petit ours polaire ».

À New York, une maison d’édition a même signé un accord avec le zoo de Berlin pour publier Knut afin de sensibiliser la population au réchauffement climatique. Il s’agit du premier livre autorisé par le zoo de Berlin : Knut, le petit ourson polaire.

Knut est apparu également sur la couverture du magazine Vanity Fair, une fois seul et une fois avec Léonardo DiCaprio pour évoquer l’environnement.

knut
Crédits : Pascal Becquerelle

La mort de son père adoptif, puis de Knut

C’est le 22 septembre 2008 que Thomas Dörflein, l’homme qui s’était occupé de l’animal depuis sa naissance, décède. Il succombe à une crise cardiaque. La mort de cet homme laisse un vide dans la vie de Knut.

D’ailleurs, ce n’est que quelques années plus tard que Knut perdra la vie. En effet, il est décédé le 19 mars 2011 dans son bassin, sous l’œil de milliers de visiteurs. Il s’est noyé suite à une chute. Il a succombé à une encéphalite auto-immune, une inflammation du cerveau provoquée par le corps. L’ours avait seulement 4 ans, alors qu’on sait que les ours polaires mâles ont une espérance de vie d’une quinzaine d’années (entre 15 et 18 ans).

Selon des professionnels du monde animal, la mort de Knut aurait pu être évitée. En effet, le zoo avait été prévenu que Knut ne s’entendait pas avec les autres ours et avait même peur de sa propre mère. De fait, il y avait eu plusieurs demandes de l’association Peta Allemagne afin de déplacer Knut.

Une vidéo le montre d’ailleurs se faire pousser par un autre ours. On sent que Knut n’était pas à sa place et qu’une hiérarchie s’était installée, où il se retrouvait dominé. De plus, Knut avait grandi entouré d’humains. Il était donc compliqué de le faire vivre sans cette présence humaine. Sans compter la mort de Thomas, son acolyte de toujours, qui a plongé Knut dans un état dépressif.

Le zoo de Berlin a également été accusé de mettre ses ours dans des enclos trop petits. En effet, les ours polaires sont des êtres curieux qui passent leur temps à se déplacer pour explorer leur environnement.

L’hommage à Knut

Knut, est et restera une icône nationale, voire même internationale. Après sa mort, ses admirateurs ont financé une statue à son effigie, réalisée par Josef Tabachnyk, un spécialiste des sculptures en bronze. Installée au zoo de Berlin et baptisée « Knut le rêveur », elle le représente alors qu’il n’avait encore que quelques mois.

knut statue
Crédits : Wikipedia

Un schéma qui se reproduit

Le 3 novembre 2017, un petit ours polaire, nommé Fritz, a vu le jour au zoo de Berlin. Une naissance qui a enchanté les Berlinois puisqu’ils le voyaient déjà comme la relève de Knut. Malheureusement, la vie des oursons en captivité étant très fragile les premiers mois, Fritz est décédé à l’âge de 4 mois.

Moins d’un an après la mort de Fritz, un autre ourson polaire est mort à seulement 26 jours.

Le 1er décembre 2018, la maman des deux petits décédés ces dernières années a donné à nouveau naissance. Une petite femelle appelée Hertha en parfaite santé et qui a bien grandi depuis. Les Berlinois pensent enfin avoir trouvé la relève de la mascotte Knut.