in

Des nouvelles espèces de requins marcheurs répertoriées !

Crédits : Queensland University / Mark Erdmann

Nous avons beau avoir beaucoup de connaissances sur les différentes espèces qui peuplent notre planète, il n’en reste pas moins que les surprises sont toujours possibles. Comme avec la découverte de ces « nouveaux » requins marcheurs au large de l’Australie et de la Nouvelle-Guinée. Ils viennent donc rejoindre cette famille unique et insolite de requins.

Quatre nouvelles espèces

L’étude qui a permis de conclure à cette nouvelle découverte a été menée sur une dizaine d’années par la docteure Christine Dudgeon, de l’Université du Queensland (Australie). Ses observations ont en effet permis de conclure à la présence dans les océans de 4 espèces de requins marcheurs – auxquelles viennent s’ajouter celles dernièrement documentées.

Mais comment expliquer la présence de ce type de requins différents des autres ? Selon Christine Dudgeon, elles « ont évolué après que les requins aient dérivé de leur population originale, se soient isolés génétiquement dans de nouvelles zones géographiques et développés en de nouvelles espèces ». Mais recentrons-nous sur ces tout nouveaux spécimen.

Quelles sont leurs caractéristiques ?

La scientifique a également donné plus de détails sur ces petits nouveaux… Qui ne le sont finalement pas tant du point de vue humain, puisque leur développement aurait commencé il y a environ 9 millions d’années ! Ce qui est toutefois à mettre en perspective, étant donné que les requins peuplent les océans depuis 400 millions d’années.

Walking Sharks from The University of Queensland on Vimeo.

Mesurant un peu moins d’un mètre en général, ces requins utilisent leurs ailerons pour évoluer sur les sols marins aussi bien sableux que rocheux. Ils sont aussi capables de remonter à la surface lors des marées basses.

« Leur capacité à résister dans des environnements pauvres en oxygène et celle qui leur permet de marcher grâce à leurs ailerons leur donne un avantage remarquable sur leurs proies constituées de petits crustacés et de mollusques. »

Les recherches ne sont pas finies

Et point important : le potentiel danger qu’ils représentent pour les humains. Sur ce point, que celles et ceux qui ont peur des requins soient déjà rassurés sur le fait que ces requins marcheurs sont inoffensifs. Sauf pour leurs proies. Ces dernières sont la plupart du temps des crustacés, des mollusques et des petits poissons.

Christine Dudgeon a aussi tenu à rappeler le fait que ces requins ne sont sûrement pas les seuls de leur espèce. Il pourrait effectivement y en avoir d’autres qui n’ont pas encore été répertoriés ! De quoi laisser de beaux jours à la science, et célébrer la diversité et la richesse des fonds marins.

Vous aimerez aussi :

Voilà pourquoi vous ne verrez jamais de grand requin blanc en captivité

Y a-t-il des requins près des côtes françaises ?

Un énorme requin préhistorique aperçu au large de la Floride !