in ,

Un nouvel espoir pour les éléphants des forêts d’Afrique ?

Crédits : Pixabay

Les éléphants d’Afrique ont récemment été classés comme une espèce en voie d’extinction. Ils sont traqués pour leur ivoire et avec de moins en moins d’espace pour vivre, il est primordial de surveiller l’évolution de leur population. Des scientifiques de la WSC (Wildlife Conservation Society) ont donné une nouvelle façon d’accompagner ces éléphants, et avec elle, un nouvel espoir ?  

Une espèce en danger

Ces nobles animaux – de leur vrai nom Loxodonta cyclotis – sont décimés depuis plusieurs décennies. D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), leur nombre a chuté de 62 % entre 2002 et 2011. Cette espèce fait donc partie aujourd’hui de leur liste rouge des espèces menacées. L’alerte est plus que lancée pour cette espèce peut-être sur le point de disparaître. Cette insécurité est principalement due au braconnage et à la déforestation. Il est essentiel de trouver une solution pour préserver ces majestueuses bêtes.

Recenser pour mieux protéger

Les méthodes habituelles de recensement se divisent en deux catégories : le comptage direct et indirect. Le premier consiste à compter visuellement les animaux, sur le terrain. Cependant cette technique est irréalisable dans ce cas étant donné la largeur du territoire et le nombre conséquent d’animaux. Le deuxième se base sur des vestiges laissés par des animaux comme des empreintes, des excréments ou encore des traces de leur alimentation. Néanmoins, cette façon de procéder donne seulement une estimation du nombre réel de bêtes et non le chiffre précis.

famille d'éléphants
Crédits : Pixabay

 

Un nouveau système génétique

Les chercheurs de WSC ont comparé les techniques traditionnelles à deux plus modernes : ils ont utilisé des pièges photographiques alliés à une analyse ADN des excréments retrouvés. Les pièges sont équipés de capteurs et programmés pour prendre une photo en cas de détection. L’analyse ADN peut quant à elle définir l’origine de l’animal. Ces méthodes permettent de ne pas recompter des animaux, de les repérer plus efficacement et ainsi d’avoir des chiffres plus précis.

De nombreux avantages

Ce nouveau moyen présente de nombreux avantages. Il permet de couvrir une surface plus large, de manière plus précise, tout cela en demandant moins de peine. Cette technique nous permettrait de mieux contrôler la population des éléphants de ces forêts et ainsi éviter leur extinction.

Les scientifiques auront alors une meilleure idée des aboutissements de leurs efforts de conservation, et pourront mieux les adapter. Les résultats de cette recherche ne sont pas encore publiés, mais les chercheurs ont annoncé qu’en cas de réussite, ils pourraient conduire à l’adoption de cette méthode sur l’ensemble du territoire. Cela donne un espoir pour le futur de la faune africaine et pourquoi pas pour d’autres espèces menacées.