in ,

SeaWorld : le parc aquatique obligé de revoir sa copie pour le bien-être des animaux

Crédits : Wikimedia Commons / David Bjorgen

Comme beaucoup d’autres parcs abritant des animaux sauvages, SeaWorld a observé une baisse de fréquentation ces dernières années. Le public est en effet de plus en plus réticent à les financer au vu des conditions de captivité des orques et dauphins. Le parc à thèmes américain a donc décidé d’adapter ses spectacles… Tout en se faisant épingler pour avoir menti à ses investisseurs.

La mauvaise réputation des parcs avec des animaux marins

SeaWorld Company est une entreprise qui gère plusieurs parcs à thèmes qui proposent des animations avec des orques, des dauphins ou encore des lions de mer. Le plus important est situé en Floride. Comme beaucoup de structures de ce type, il a beaucoup pâti d’un documentaire de 2013 intitulé Blackfish, dans lequel il était directement incriminé.

Les mauvais traitements des orques y ont en effet été dénoncés, de leur capture au sein de leur milieu naturel à la vie en captivité, dans des bassins beaucoup trop petits pour eux. Le documentaire a donc permis d’expliquer pourquoi certains spécimens étaient devenus agressifs et stressés, au point de s’en prendre à l’Homme.

SeaWorld arrête certains tours

Dès sa sortie, Blackfish a eu un impact considérable sur le public – et par conséquent sur la fréquentation de SeaWorld. Le parc à thèmes n’a eu d’autre choix que de rétropédaler. Dès 2016, l’arrêt de l’élevage des orques dans ce parc est décidé, ainsi que le fait d’arrêter progressivement les spectacles avec ces animaux.

Dans cette continuité donc, la direction du parc a déclaré le 6 février vouloir arrêter les cascades lors desquelles les dresseurs·euses “surfent” sur les dauphins, notamment sur leur rostre (le nez) et leur dos. L’annonce a été faite via une lettre dans laquelle SeaWorld rappelle que son but est de « créer la meilleure des expériences pour le public et les animaux ».

dauphin spectacle parc
Crédits : Wikimedia Commons / Sheba_Also

Un pas en avant célébré par PETA

Cette annonce fait en effet suite à une demande de l’association PETA, qui avait expressément demandé au parc de stopper ces pratiques. Celle-ci se félicite donc de cette initiative, bien que SeaWorld ait réfuté toute influence dans la prise de décision. PETA milite aujourd’hui pour que le parc déplace les animaux dans des sanctuaires dédiés.

En parallèle, les dirigeants de SeaWorld ont souhaité faire part de leur bonne foi en déclarant prendre cette décision par souci du bien-être animal. Selon les résultats de leur enquête, « aucune de ces pratiques [surfer sur le dos ou le rostre du dauphin] n’est nocive pour les animaux de quelque manière que ce soit »

SeaWorld accusé de mentir à ses investisseurs

Le but est dans tous les cas de rassurer les éventuels visiteurs et investisseurs. Mais ce n’est pas pour autant signe que l’entreprise recule à tirer profit de ces parcs. Car une autre information dévoilée le 11 février a de quoi faire réagir. Le parc a en effet proposé de payer pas moins de 65 millions de dollars pour stopper un procès à son encontre.

La raison ? Le parc aurait en effet menti à ses investisseurs quant à l’impact du documentaire Blackfish sur la fréquentation… Laissant croire que cette dernière n’était pas autant en baisse que ce que les chiffres présentaient. La décision est maintenant entre les mains de la justice américaine. Pas sûr que cela aide SeaWorld à redorer son blason…

Vous aimerez aussi :

VIDÉO : un dauphin blessé demande de l’aide à un plongeur. Incroyable !

Voilà pourquoi vous ne verrez jamais de grand requin blanc en captivité

Le calvaire des animaux sauvages en captivité doit cesser !