in ,

Identification canine : la truffe comme moyen de référencement

chien photo
Crédits : Capture image Youtube/iSciLab

Tout détenteur d’animaux domestiques le sait, avant d’acquérir un chiot (ou un chaton), ce dernier doit être identifié, soit par une puce électronique introduite sous la peau, soit par un tatouage. En Corée du Sud, une entreprise s’est lancée dans un tout nouveau processus d’identification de nos amis à quatre pattes, révolutionnaire, non intrusif et rapide, d’une manière on ne peut plus simple pour les particuliers : en prenant une photo de leur truffe.

Les identifications traditionnelles

En France (comme dans beaucoup d’autres pays du monde), les chiots doivent obligatoirement passer par la case identification afin de figurer dans ce qui est appelé le fichier national d’identification des carnivores domestiques (Icad). Pour ce faire, l’animal se voit tatoué d’une série de chiffres et de lettres ou doté d’une puce électronique sous-cutanée de moins d’un demi-centimètre de longueur. Ces méthodes permettent de lui attribuer un numéro unique (à l’instar de notre numéro de sécurité sociale) qui sert à accéder aux coordonnées du propriétaire (placées dans une base de données). Ainsi, si quelqu’un retrouve votre chien perdu et le présente à un vétérinaire, ce dernier peut facilement remonter jusqu’à vous et mettre fin à l’angoisse d’une terrible situation.

chien perdu
Crédits : AndreyPopov/iStock

L’empreinte nasale scannée

Depuis 2007, la Corée du Sud n’a subi aucune augmentation des enregistrements d’animaux de compagnie. En outre, seulement 6 % de la totalité des chiens domestiques du pays seraient identifiés. En conséquence, le gouvernement sud-coréen a décidé d’agir en simplifiant le procédé afin d’encourager les habitants à faire référencer leurs toutous. Ainsi, l’entreprise iSciLab Corporation, basée à Séoul, s’est occupée de concevoir une nouvelle technique visant à « immatriculer » ces bêtes à poils.

Et depuis 2019, la firme teste et peaufine son intelligence artificielle, capable de réaliser une reconnaissance biométrique du museau. En passant par l’application smartphone « Anipuppy », l’IA scanne la truffe du chien « immortalisée » en photo et analyse ses caractéristiques, qui sont exclusives à chaque spécimen, comme le sont les empreintes digitales pour l’être humain. L’écran affiche ensuite toutes les informations concernant le chien et son maître, préalablement renseignées.

chien selfie
Crédits : damedeeso/iStock

Une invention s’exportant à travers le monde

iSciLab affirme que cette technologie est fiable à 99,9 %, facilitant l’échange direct entre un propriétaire canin et un particulier ayant retrouvé l’animal égaré. Pour l’heure, cette méthode évitant aux chiens de supporter une contrainte invasive coûterait 14 €. L’entreprise espère maintenant finaliser le projet dès 2024. S’il s’avère couronné de succès, son utilisation devrait s’étendre aux félins, bovins et cervidés. Néanmoins, ce nouveau procédé est déjà breveté en Europe, au Canada, aux États-Unis, au Japon, et évidemment en Corée du Sud.

Il nous faudra donc attendre encore quelques années avant de pouvoir profiter pleinement de l’identification nasale pour chiens via nos téléphones. Mais pour l’instant, vérifions ensemble si vous connaissez les bonnes réactions à adopter face à un chien perdu ou abandonné.