in

Plusieurs chevaux de calèche s’effondrent suite aux fortes chaleurs

Crédits : stanbalik/Pixabay

Cet été 2022 caniculaire a été un véritable supplice pour bon nombre d’espèces vivantes. Plusieurs chevaux de calèche se sont ainsi effondrés aux États-Unis ainsi qu’en Espagne où les températures ont battu des records de chaleur, particulièrement en plein cœur des métropoles. C’est pourquoi les défenseurs des animaux font appel à la responsabilité des touristes et demandent l’arrêt de cette torture chronique.

Un cheval à l’agonie, allongé en plein New York

Il y a deux semaines, un cheval de calèche touristique s’est écroulé en plein New York, accablé par l’effort et la chaleur étouffante. L’association de protection animale PETA a mis en ligne une vidéo de la triste scène. Sur les images, on peut y observer l’équidé amorphe au sol, tandis que des policiers l’arrosent de manière à abaisser sa température. Ryder, de son nom, est resté cloué plus d’une heure sur le bitume avant de pouvoir se redresser.

En revanche, ce que l’on ne voit pas sur ce film, ce sont les coups assénés par le propriétaire sur la bête lorsque celle-ci tente de se ressaisir, avant l’arrivée des autorités. Un particulier a enregistré ces images (non divulguées ici). On y perçoit nettement la colère du conducteur de calèche, tandis qu’il agrippe le mors en vociférant sur l’animal.

Sur son compte Twitter, la PETA, indignée, relance le débat concernant les animaux qui profitent au tourisme, surtout en zone densément peuplée. « Les chevaux n’ont rien à faire dans les grandes villes où ils sont constamment mis en danger par les voitures, les humains, les intempéries, etc. », stipule la publication.

Un scénario analogue de l’autre côté de l’Atlantique

Un drame similaire s’est également produit à Malaga, en Espagne. Un cheval de trait lui aussi utilisé comme distraction estivale s’est retrouvé à terre, totalement vidé de ses forces. La vidéo a été relayée la semaine dernière par le compte Facebook Gaia Education, une organisation bruxelloise à but non lucratif qui défend entre autres la vie animale.

Le film est accompagné d’une mention qui met en garde les vacanciers : « Si vous faites du tourisme dans une région où de telles attractions sont proposées, ne les soutenez surtout pas. Votre argent ne ferait qu’aider cette industrie à perpétuer cette cruauté d’un autre âge. »

Tout cela n’est pas sans rappeler les ânes de Mijas, une petite bourgade située justement à proximité de Malaga. Ces pauvres bêtes exploitées comme taxis à touristes (appelés localement les burros-taxis) sont maintenues dans des conditions déplorables toute la journée sous un soleil de plomb et parfois battues lorsqu’elles ont le malheur de se sentir accablées par la chaleur.

À l’instar de la PETA, la fondation 30 millions d’amis appelle à l’arrêt total de ces horribles traitements infligés aux animaux qui n’ont d’autres intérêts que de divertir l’humain.