in

Le chien chanteur de Nouvelle-Guinée, une espèce unique que l’on pensait disparue à l’état sauvage !

Crédits : Wikimedia Commons / Patti McNeal

La nature réserve toujours de bonnes surprises, et la dernière en date concerne le chien chanteur de Nouvelle-Guinée. Cette espèce à cela de particulier qu’on la croyait disparue à l’état sauvage depuis une cinquantaine d’années ! Mais selon toute vraisemblance, il n’en est rien. Zoom sur cet animal unique.

Le chien chanteur, unique en son genre

S’il possède ce nom si précis, c’est en toute logique grâce à son aboiement reconnaissable et sans pareil. Il ne s’agit pas tant d’un chant que d’un hurlement particulier qui le rend unique. Voici comment celui-ci est décrit par la chercheuse et généticienne Elaine Ostrander :

« Les chiens chanteurs sont une espèce rare, exotique, avec une magnifique vocalisation harmonique qui ne se trouve nulle part ailleurs dans la nature. Nous n’avons pas envie de voir cet animal disparaître. »

Car pendant longtemps, on a pu observer cet animal uniquement en captivité, dans des zoos ou des sanctuaires. Il était en effet considéré comme éteint à l’état sauvage, notamment en raison du fait qu’il n’était plus aperçu sur l’île.

Une nouvelle fois observé à l’état sauvage

Grâce au travail chevronné de chercheurs·ses, nous avons aujourd’hui connaissance de cette bonne nouvelle. Mais tout ne s’est pas fait en un jour. Il a en effet fallu deux expéditions scientifiques entre 2016 et 2018 pour parvenir à cette heureuse conclusion : le chien chanteur est bel et bien de retour à l’état sauvage.

Cela a notamment pu être prouvé grâce à des tests ADN effectués suite à des prélèvements en 2018. Les génomes des échantillons sanguins correspondent en effet à ceux des chiens chanteurs en captivité à plus de 70 %.

« Nous estimons que 72 % du génome du chien chanteur en captivité est identique à celui des spécimens sauvages », précise l’étude.

Cette différence s’explique notamment par le taux de consanguinité que l’on peut observer chez les chiens chanteurs qui vivent en captivité.

L’influence des humains

Un élément que l’on peut imputer à l’intervention humaine, qui a été de mise durant des années pour perpétuer la lignée de ces chiens et éviter leur extinction.

« La population de souche du chien chanteur de Nouvelle-Guinée n’est pas, en réalité, éteinte, et les chiens chanteurs retenus en captivité devraient faire l’objet d’efforts de conservation pour remettre sur pieds cette population canidé unique. » 

Pour les scientifiques, il y a même urgence à agir pour éviter que les détériorations génétiques se poursuivent et fragilisent cette espèce. En effet, on recenserait actuellement 200 à 300 chiens chanteurs en captivité. Leur nombre à l’état sauvage n’est pas connu dans les détails, mais l’on sait tout de même qu’une quinzaine de ces chiens ont été repérés lors de l’étude.