in

Des lézards géants envahissent le sud des États-Unis

Crédits : iStock / Dgwildlife

Voilà maintenant quelques mois que certaines régions du sud des États-Unis font face à un habitant quelque peu envahissant : le tégu noir et blanc. Ce lézard imposant est de plus en plus présent à l’état sauvage, et est loin de faire beaucoup de bien dans cet environnement, bien malgré lui.

Comment s’est-il retrouvé dans ces régions ? 

Décidément, la partie sud des États-Unis a fort à faire avec certains reptiles. Les iguanes sont naturellement assez présents en Floride, région où ils sont considérés comme des nuisibles. À tel point que régulièrement à la saison froide, ils tombent littéralement du ciel ! Mais récemment, c’est un autre reptile qui attire l’attention : le salvator merianae.

À la base, le tégu noir et blanc – aussi appelé tégu d’Argentine – est originaire d’Amérique du Sud : l’Argentine donc, mais aussi la Bolivie, l’Uruguay ou encore le Brésil. Il a été introduit par l’Homme en tant qu’animal de compagnie dans la partie nord du continent au sein d’États comme la Floride et la Géorgie.

Le tégu d’Argentine, espèce à l’appétit vorace

Posséder un tégu noir est blanc en guise d’animal domestique est tout à fait légal dans le pays. En revanche, certains se sont progressivement retrouvés en pleine nature après s’être échappés de terrariums ou avoir été abandonnés – chose par ailleurs illégale.

En soi, le souci n’est pas qu’ils retournent à la nature, mais bien qu’ils le fassent à des endroits qui ne constituent pas leur milieu naturel. Ce faisant, ils gênent d’autres espèces d’animaux en s’installant dans des terriers qui ne sont pas les leurs. Mais ils possèdent aussi un gros appétit qui menace d’autres espèces comme l’alligator d’Amérique.

tégu noir et blanc
Crédits : iStock / Amanda Comarim

« Ils mangent à peu près tout ce qu’ils veulent, plantes comme animaux, et l’un de leur plats favoris sont les œufs directement pris dans les nids de tortues gaufrées – reptiles protégés dans notre État – et des oiseaux comme les dindes et les cailles », affirme John Jenson, biologiste au Département des Ressources naturelles en Géorgie.

De nouveaux nuisibles

Ces lézards qui peuvent atteindre 1 mètre de longueur pour plus de 4 kilos se reproduisent assez vite et possèdent une espérance de vie de 20 ans. Et c’est justement la raison pour laquelle leur présence devient problématique. Une femelle peut pondre jusqu’à environ 35 oeufs en une année, et peu de prédateurs peuvent réguler leur population.

Les autorités encouragent donc les habitants des régions concernées à leur faire parvenir les signalements de tégus d’Argentine – qui ne sont pas dangereux pour l’Homme. D’autre part, des moyens sont mis en oeuvre pour retirer ces lézards envahisseurs de cet habitat afin de protéger la biodiversité.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi :  

VIDÉO : un pêcheur tombe nez à nez avec un iguane au beau milieu de l’océan

Dragon de Komodo : 10 choses à savoir sur le plus grand lézard du monde

La queue des lézards repousse-t-elle vraiment ?