in

Bientôt un certificat obligatoire avant d’adopter un animal de compagnie ?

Crédits : iStock / Annashou

La question a été maintes fois soulevée au cours des dernières années, et il semblerait qu’un projet soit en cours de mise en place par le gouvernement. En effet, la création d’un certificat nécessaire à l’adoption d’un animal de compagnie est en développement, et devrait voir le jour d’ici la fin de l’année 2021. Quels sont les détails de ce document ? 

Lutter contre l’abandon et la maltraitance

Certaines périodes sont plus chargées que d’autres lorsqu’il s’agit d’abandon d’animaux. On pense bien sûr à celle des départs en vacances, qui fait le plus de victimes. Mais notons aussi que la période actuelle – qui suit les fêtes de fin d’année – est également “faste” en termes d’abandon. En tout, ce sont environ 100 000 animaux qui sont laissés sur le carreau tous les ans.

« Un animal n’est ni un produit, ni un jouet », rappelait en décembre dernier le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

De quoi répéter encore et encore que l’adoption d’un animal ne se fait pas à la légère et nous engage à vie ! Un animal de compagnie apporte autant de bonheur qu’il nécessite d’investissement en terme de temps, d’attention et bien sûr d’argent. Alors si on ne peut pas tenir cet engagement, mieux vaut s’abstenir, aussi crève-cœur que soit cette décision – au moins, aucun animal n’aura à en souffrir.

chaton femme câlin
Crédits : iStock

Un certificat de sensibilisation

C’est dans cette logique de sensibilisation et pour lutter contre la maltraitance animale que le gouvernement, par le biais du ministère de l’Agriculture, souhaite mettre en place un certificat préalable à l’achat d’un animal. Peu de détails ont été révélés quant à sa date de mise en place, mais les principales informations ont été dévoilées.

Ce certificat de sensibilisation sera obligatoire pour tout adoptant ou acheteur en animalerie, en refuge, chez le vétérinaire ou dans un élevage. Le but premier est en effet d’éviter à tout prix les achats compulsifs qui se font sur le coup de l’émotion.

Le but de ce document sera donc de bien rappeler qu’il existe une obligation « en termes […] de soins, de vaccination, de nécessité de sortir son animal et du coût financier ». En somme, ce certificat regroupera une liste d’impondérables que la personne qui adopte s’engage à respecter pour assurer le bien-être de l’animal. Cela va donc des soins médicaux élémentaires à la nécessité de répondre à ses besoins alimentaires.

furet
Crédits : Alexandra Koval / iStock

Cette démarche est-elle suffisante ? 

Le gouvernement souhaite aussi interdire la vente ambulante de chiens et de chats dans des véhicules, et annonce vouloir réguler la vente d’animaux sur Internet. À ce sujet, il est prévu qu’une charte soit signée avec la plateforme de vente en ligne Leboncoin. De nombreuses personnes adoptent en effet un animal par le biais de petites annonces sur le net et les réseaux sociaux, ne bénéficiant ainsi pas des conseils et avertissements que les refuges peuvent prodiguer.

Mais est-ce assez, lorsque l’on sait que certaines associations réclamaient l’obtention d’un permis pour pouvoir adopter une boule de poils, comme c’est déjà le cas en Belgique. Des voix se sont en effet élevées pour signifier que signer un simple bout de papier ne suffira pas forcément à responsabiliser les propriétaires. À moins que les peines d’amende et de prison pour maltraitance (30 000 € d’amende et 2 ans de prison) envers les animaux ne soient enfin appliquées ?