in

Baby boom de flamants roses en Camargue !

Crédits : iStock / Ian Dyball

Les conséquences du confinement ne sont pas encore toutes visibles… Mais dans le sud de la France, difficile de passer à côté de la multitude de nouveau-nés qui ont vu le jour après une période de reproduction exceptionnelle. En terme de naissances de flamants roses, l’année 2020 bat en effet tous les records !

Le confinement, une aubaine pour les flamants roses

En pleine période de confinement, nous évoquions en avril dernier la forte probabilité d’une explosion du nombre de naissances. Pourquoi ? Parce que l’enfermement de la population s’est révélé être une véritable bouffée d’air frais pour les animaux. Les exemples de cette liberté retrouvée n’ont pas manqué, et les flamants roses de Camargue ont donc fait partie des espèces a qui a profité cette pause inédite des activités humaines.

Dans le Parc ornithologique de Pont de Gau ainsi que d’autres lieux stratégiques de la région, une hausse des effectifs avait en effet été observée. Elle s’illustre aujourd’hui par la naissance d’environ 12 000 flamants roses sur les salins d’Aigues-Mortes ! Un chiffre d’autant plus exceptionnel qu’il n’y a qu’un seul œuf par couvée.

12 000 naissances, du jamais vu 

Les salins qui s’étalent sur environ 8000 hectares ont accueilli cette année pas moins de 40 000 à 50 000 spécimens adultes pour la période de reproduction, qui forment environ 25 000 couples reproducteurs. Ce pic de naissances n’est donc pas nécessairement une surprise, mais reste plus que bienvenu pour les acteurs de la protection des animaux.

flamants roses France Provence
Crédits : iStock / Musat

Dans les années 1960 pourtant, la situation était telle que le flamant rose était en danger d’extinction. La mise en place de programmes de protection de l’environnement a donc fait en sorte de leur redonner des endroits propices à la reproduction et la nidation. Un succès dont se félicitent les ornithologues et les personnes qui œuvrent au quotidien pour préserver la nature.

Une large opération de baguage

Mercredi dernier, une trentaine de bénévoles a pu procéder au baguage de quelque 300 poussins dans les salins d’Aigues-Mortes. Une opération de moins grande envergure que de coutume au vu des restrictions sanitaires de rigueur en ce moment. Quoi qu’il en soit, après la pose de leur bague numérotée, ces jeunes flamants roses aux plumes encore grises ont également été pesés et mesurés.

Pourquoi baguer ces animaux ? Tout simplement afin de pouvoir mieux suivre leurs habitudes et leurs déplacements. En connaissant mieux les lieux où ils se rendent pour manger par exemple, les spécialistes seront plus à même de pouvoir connaître leur durée de vie ou encore leurs trajets migratoires. Autant d’informations qui permettent sur le long terme de prendre des mesures adéquates pour mieux les protéger.