in

À l’aéroport d’Helsinki, des chiens flairent le Covid-19 !

Crédits : iStock / bigtunaonline

Tous les moyens sont bons pour endiguer la progression de la maladie qui touche actuellement une bonne partie du monde. L’aéroport d’Helsinki, en Finlande, l’a bien compris puisqu’il emploie depuis quelques jours des chiens dont la mission est de dépister le virus du Covid-19. 

De précieux alliés contre l’épidémie

Ce n’est pas nouveau : les chiens sont de précieux alliés des êtres humains. Sauvetage en mer ou en montagne, aide dans des affaires criminelles, soutien aux personnes handicapées ou à mobilité réduite, etc. Et s’il y a bien un domaine – parmi de nombreux autres – au sein duquel les chiens surpassent les humains, c’est celui du flair.

Ce talent canidé est par ailleurs largement utilisé dans divers domaines comme la médecine. On sait désormais qu’avec un entraînement adéquat, les chiens sont en mesure de “sentir” des maladies comme le cancer ou des tumeurs. C’est donc tout naturellement que la possibilité qu’ils puissent détecter le coronavirus avait été évoquée plus tôt dans l’année.

Publiée par Embassy of Finland in London sur Vendredi 25 septembre 2020

Comment se passe ce test particulier ? 

Après le temps nécessaire à la mise en place d’un tel dispositif – et à la formation des chiens -, l’aéroport d’Helsinki a donc inauguré le mois dernier une toute nouvelle équipe. Composée de 4 chiens, son but est de détecter le virus à une des principales sources d’entrée sur le territoire.

Le protocole est le suivant : à leur sortie d’avion, les passagers·ères se rendent dans une salle spéciale où il leur est demandé de se tamponner le visage à l’aide d’un chiffon. Ce dernier est ensuite amené – via un système de boîtes en métal – dans une pièce adjacente où le chien peut faire son diagnostic.

La boîte contenant le chiffon est mise en ligne avec 5 autres boîtes en métal qui contiennent des chiffons “neutres”, que le chien n’a plus qu’à analyser grâce à son odorat aguerri. Si le chiffon présente une infection au Covid-19, le chien aura pour réflexe de japper ou d’attirer l’attention en tapant sur le sol.

Publiée par Embassy of Finland in London sur Vendredi 25 septembre 2020

Une efficacité remarquable

Le cas échéant, la personne chargée d’encadrer le chien lui donne une petite friandise en récompense. Ensuite, la personne dont l’échantillon a été repéré par le chien est dirigée vers une autre salle où elle pourra passer un test PCR pour confirmer le diagnostic et se rendre à l’hôpital d’Helsinki.

Pour le moment, les chiens se sont révélés efficaces à 100% lors des tests effectués à l’Université d’Helsinki. Mieux que ça, ils leur est arrivé de détecter le virus avant même l’apparition des premiers symptômes de la maladie.

« Nous savons comment les chiens la décèlent – par le flair -, mais nous n’avons aucune idée de ce qu’ils détectent précisément », déclare Anna Hielm-Bjorkman, professeure en charge des tests à l’Université d’Helsinki.

La clé de la recherche consiste donc à déterminer ce qu’ils peuvent bien flairer dans ces échantillons. Des travaux sont donc prévus pour y parvenir et ainsi continuer à former des chiens détecteurs de Covid-19. En attendant, d’autres recrues sont attendues à l’aéroport pour venir en aide aux 4 chiens déjà à pied d’oeuvre.