in ,

Vol de ruche d’abeilles : quand la concurrence dépasse les limites

Crédits : flyparade / iStock

C’est un phénomène grandissant depuis quelques années, partout en France : le vol de ruches d’abeilles. Les apiculteurs se voient dérobés de dizaines de ruches contenant elles-mêmes des centaines d’abeilles. Ces larcins ont de grandes répercussions pour leurs entreprises… Mais qui s’attaque ainsi aux ruches ? Et pourquoi ? 

Des vols à grande échelle

Le plus gros vol ayant commencé cette série d’inquiétude est celui de Mathieu Picavet, apiculteur dans les Hautes-Alpes. 96 de ses ruches avaient été dérobées en avril 2020, représentant un tiers de sa production ! Et plus récemment, c’est le vol de 157 ruches en l’espace de 5 jours sur le territoire toulousain  qui a eu lieu en mars 2021.

Des méfaits qui coûtent cher à leurs producteurs, puisqu’on estime qu’un vol de ruche représente 600 € de perte à son propriétaire. Un montant qui n’est pas pris en charge par leurs assurances. Celles-ci s’occupent de dédommager le vol du bien en lui même, mais ne prennent pas compte de la production perdue due. Les apiculteurs s’inquiètent, surtout lorsqu’ils savent qui est à l’origine de ces vols.

Mais qui sont les auteurs de ces vols ?

Le vol d’une ruche n’est pas une infraction anodine que tout le monde peut commettre. Cela nécessite un savoir-faire et une connaissance du métier. En effet, tous les vols de ruche sont en fait commis par d’autres apiculteurs de la région ! Ils viennent avec le matériel nécessaire pour effectuer ce vol préalablement réfléchi. Mais pourquoi flouer ses propres confrères ?

apiculture
Crédits : Kosolovskyy/ iStock

L’apiculture, un marché en difficulté…

Plus les années passent, plus les abeilles sont en danger. Elles disparaissaient petit à petit avec un taux de mortalité de plus en plus élevé. Elles ont du mal à traverser l’hiver, leur population baisse drastiquement jusqu’au printemps. C’est pour cela que la plupart des vols de ruche ont lieu durant cette période.

Les apiculteurs se retrouvent avec trop peu d’abeilles après l’hiver, et décident donc d’aller en voler à d’autres apiculteurs ! Cela semble être la solution la plus facile pour ces voleurs, puisque les prix pour racheter des abeilles sont très élevés. Il faut compter près de 180 € pour l’achat d’un essaim d’abeilles.

De plus, le vol d’abeille c’est simple : les ruches sont laissées dans des endroits accessibles à tous et les abeilles sont anonymes…  Elles n’ont pas de numéro qui permet de les identifier elles et leur propriétaire.

Des dispositifs mis en place

Pour lutter contre ce fléau, les apiculteurs investissent dans des dispositifs de sécurité qui leur coutent de grosses sommes… Certains optent pour des caméras de surveillances discrètes, qui s’accrochent aux arbres. Une technique efficace puisqu’elle a permis de démasquer un voleur de 32 ruches dans une commune de l’Occitanie il y a quelques semaines ! Les propriétaires des ruches du GAEC La Reine des Abeilles ont ainsi pu faire interpeller ce voleur.

Crédits : Vidéosurveillance des ruches du GAEC la reine des abeilles – Image France 3

D’autres apiculteurs optent pour l’option de traceurs GPS cachés à l’intérieur de leurs ruches. Des moyens radicaux pour mettre fin à ces pratiques.