in ,

Savoie : un chasseur tue 4 ânes dans un pré. Il les aurait “confondus” avec des biches.

Crédits : iStock
Savoie : un chasseur tue 4 ânes dans un pré. Il les aurait “confondus” avec des biches.
noté 5 - 1 vote

Comme chaque année, les « accidents » de chasse sont légion. Rien qu’au niveau humain, la chasse a tué plus de 350 personnes depuis l’an 2000 et fait une quinzaine de morts par an. En ce qui concerne les animaux, c’est bien entendu une véritable hécatombe. Après le chasseur qui avait pris un chien pour un loup, voici celui qui prend des ânes pour des biches. Si les conséquences n’étaient pas aussi dramatiques, cela nous ferait presque sourire.

Un geste inexpliqué

C’est dans le massif des Bauges, non loin de la commune d’Arith, en Savoie, que le drame s’est déroulé ce dimanche 17 septembre dernier. En plein après-midi, alors qu’un troupeau d’ânes appartenant à une entreprise de randonnée sort paisiblement d’un sous-bois, quatre des cinq bêtes sont brutalement abattues.

Un homme de nationalité suisse qui avait acheté une carte de chasse quelque temps plus tôt avec son frère pour chasser dans la région était posté quelques mètres au-dessus du pré où paissaient tranquillement les ânes. Lorsqu’il a aperçu les pauvres bêtes, il a pensé qu’il avait affaire à des biches. L’homme n’a alors pas hésité à faire feu sur les équidés.

Une fois l’euphorie passée, le chasseur de 39 ans s’est rapidement rendu compte qu’il venait d’assassiner quatre animaux domestiques, ce qui est interdit. Empli de courage, il a alors pris ses jambes à son coup et n’a même pas pris la peine de contacter un vétérinaire. En effet, alors que deux des ânes touchés, Fanfan et Mistral, sont morts sur le coup, les deux autres, Moustique et Ulule, ont subi une agonie indescriptible qui a duré plusieurs heures.

De vives réactions

C’est le frère du chasseur fou qui a finalement prévenu les propriétaires des ânes. L’ânière, effondrée par cette terrible nouvelle, ne parvient pas à comprendre le comportement de cet homme qui n’est même pas venu s’excuser auprès d’elle. Heureusement, une forte mobilisation humaine et financière s’est mise en place dans la région comme sur la toile pour soutenir celle qui a perdu ses animaux ainsi qu’une partie de son gagne-pain. Elle a d’ailleurs fait part de sa grande douleur dans une publication Facebook :

Quant aux chasseurs, ils condamnent fermement ce geste qu’ils ont du mal à considérer comme un accident : « Ce n’est pas un accident de chasse tellement ce geste est hors normes. C’est un geste totalement incompréhensible, c’est très grave pour l’image de la chasse en Savoie. Les 8 000 chasseurs du département ne peuvent pas être considérés comme ce chasseur suisse », plaide Pierre Sicard, directeur de la Fédération de Chasse de Savoie.

Une punition à la hauteur ?

Convoqué par l’Association communale de chasse agréée pour justifier son geste, le chasseur, qui est depuis rentré en Suisse, n’a pas pris la peine de se déplacer. Cette dernière a donc décidé à l’unanimité de l’exclure et de se constituer partie civile.

Les gendarmes, qui ont terminé leur enquête, doivent désormais trancher. Si l’acte est considéré comme intentionnel, le chasseur devra avoir affaire au tribunal correctionnel. En espérant que la peine soit à la hauteur des dommages subis par les animaux et leurs propriétaires…

Sources : Demotivateur ; France Soir

Articles liés

Un chasseur prend un chien pour un loup et le tue sous les yeux de ses maîtres

Après le lion Cecil, son fils Xanda tué par des chasseurs