in

Le président des chasseurs recommande aux gens de se promener « chez eux »

Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs. Crédits : capture image chaîne de télévision LCP

Willy Schraen, le président de la Fédération nationale des chasseurs depuis 2016, invite les promeneurs soucieux de leur sécurité à profiter de la nature depuis chez eux.

Vendredi 6 mai, le patron des chasseurs de France s’est fait entendre sur le plateau de l’émission Politiques, à table ! de LCP et ses propos n’ont pas fini de faire parler. Interviewé par des journalistes, il a en effet conseillé aux promeneurs angoissés à l’idée de subir un accident de chasse de tout simplement flâner chez eux.

« Ils n’ont qu’à le faire chez eux, ils n’auront aucun problème. 85 % du territoire national est privé en France. La nature n’est pas à tout le monde. Et les gens qui racontent ça, des mecs comme Jadot, des mecs comme Mélenchon, « tout est open, allez-y promenez-vous, la nature est à tout le monde », c’est pas vrai, c’est pas ça la vraie vie », a-t-il déclaré en direct sur LCP.

La situation des chasseurs serait la même que pour les végans

Willy Schraen appelle à une certaine tolérance  des Français vis-à-vis des chasseurs et compare leur situation à celle des végans et des végétariens. « Celui qui est flexitarien, celui qui est végan, celui qui est végétarien, il ne me serait jamais venu à l’idée de lui faire la leçon de morale pour lui faire changer ses pratiques », s’est-il exclamé.

Schraen ajoute également que ses pairs subissent « une violence » de la part de la société française, en parlant de « radicalité très violente ». Toujours selon ses dires, « on veut régler les choses par la violence en disant “moi je ne suis pas chasseur, je ne veux pas que tu chasses, je ne mange pas de viande, je ne veux pas que t’en manges, je ne vote pas Macron, je veux pas que tu votes Macron” ».

Plus tard dans l’émission, le meneur des chasseurs s’est exprimé au sujet des accidents provoqués lors des parties de chasse. « On peut toujours se prendre une balle perdue, mais rassurez-vous, vous avez beaucoup plus de chance d’être tué par un assassin en France que par un chasseur. Moins d’une personne par an, et c’est toujours un drame, décède à la chasse ».

Cette polémique continue de faire rage, au sein du monde politique ainsi que sur le web. L’année dernière, six chasseurs et un promeneur ont été tués, victimes d’accidents de chasse. En outre, en 2020, dans les Pyrénées, une ourse avait été abattue alors que l’espèce est en danger critique d’extinction. Par ailleurs, certaines pratiques se révèlent absolument abominables, notamment en ce qui concerne la traque du blaireau et de la glu (pourtant aujourd’hui interdite par la loi).