in ,

Préservation de la biodiversité : ajuster les instincts de chasse d’un chat tout en respectant sa nature profonde, c’est possible ! 

Crédits : iStock / Zozulya

Il arrive que votre chat se ramène à la maison avec une proie encore toute fraîche dans la gueule ? S’il s’agit pour eux d’un geste d’affection, on se passerait bien de ces trophées… Lézards, rats, oiseaux, mulots, etc. Voilà autant d’animaux qui peuvent être victimes des griffes et des canines de nos chers félins. Existe-t-il un moyen de protéger ces petites bêtes sans pour autant contrarier notre matou ? 

L’impact des chats sur la biodiversité

Comme son nom l’indique, l’instinct de chasseur qui caractérise les félins est on ne peut plus naturel. Mais voilà, une problématique se fait de plus en plus entendre ces dernières années, au point d’avoir été débattue à l’Assemblée nationale. Les chats peuvent-ils représenter une menace pour la biodiversité ?

Dans une certaine mesure, oui. Selon la Ligue de Protection des Oiseaux, ce sont « entre 5 et 10 oiseaux par an » qui se font tuer par un seul chat. Multiplié par le nombre de chats domestiques ou non susceptibles d’aller dehors, cela fait un nombre considérable d’oiseaux. Et s’il n’existe pas de chiffres concernant les rats, souris, petits reptiles et mulots, on ne peut que déplorer le fait que les chats peuvent faire beaucoup de victimes.

Mais finalement, n’est-il pas un peu (ou très) hypocrite de dénoncer les chats lorsque de leur côté, les Hommes s’occupent aussi malheureusement très bien de détruire l’environnement ? Il n’est donc pas question ici de faire leur procès aux chats.

chat viande
Crédits : darkbird77 / iStock

Est-il possible de limiter les instincts de chasse des chats sans les contraindre ?

Vous n’en pouvez plus de trouver des pauvres petites victimes dans votre salon ou sur votre paillasson ?  Sachez qu’il est tout à fait possible de faire en sorte que votre chat ne leur saute plus dessus à la moindre occasion. Une récente étude scientifique, publiée le 11 février dernier par la très sérieuse revue Current Biology l’a même démontré. En fait, il s’agit juste de reporter leur attention.

Réduire la propension des chats à chasser est relativement simple. Mieux que ça : les moyens de le faire vont totalement dans le sens de leur nature de carnivore ! En effet, il s’agit dans un premier d’augmenter leur portion de viande. Les chats bénéficiant d’un régime plus riche en protéines carnées et adapté à leurs besoins se montrent en effet beaucoup moins motivés à chasser de 36 % selon l’expérience.

Ensuite, le jeu est lui aussi très important. L’étude a prouvé que 10 minutes de détente par jour avec un jouet permettaient de réduire les risques de prédation de 25 % ! Et pourquoi ne pas lier les deux grâce à des gamelles ludiques (type puzzle feeder, pipolino ou labyrinthe à croquettes) qui permettent aux chats d’exercer leur instinct de chasseur à la maison, sans même qu’ils s’en rendent compte (et sans faire de victimes) ? De quoi changer les habitudes tout en douceur !