in

L’orque qui avait poussé sont bébé mort durant 17 jours a de nouveau un petit

L'orque Tahlequah et son petit. Crédits : Center for Whale Research / Katie Jones

Il y a maintenant deux ans, les images d’une orque ne pouvant se séparer du corps de son petit mort à la naissance avaient fait le tour du monde. C’est aujourd’hui pour une raison beaucoup plus heureuse qu’elle est à nouveau à la une des journaux. Des images sont en effet venues confirmer ce dont les scientifiques se doutaient : l’orque a bel et bien donné naissance à un nouveau bébé ! 

Un malheur très médiatisé

L’orque J35 – plus communément appelée Tahlequah – fait partie du groupe d’orques du Nord-Ouest de l’océan Pacifique, appelé orques résidentes du sud. Celle-ci s’est notamment fait tristement connaître en août 2018, lorsqu’elle a été aperçue portant la dépouille de son nouveau-né des jours durant.

Sur plus de 1600 kilomètres donc, nombreuses sont les personnes qui avaient suivi avec tristesse et intérêt le parcours de Tahlequah. Il n’est pas rare que les orques transportent les corps des bébés décédés durant quelques jours, mais cela va rarement au-delà d’une semaine. Là, l’orque n’avait pas pu se résoudre à rendre son petit à la mer avant 17 jours.

«Peut-être qu’il s’agit là juste de sa manière de gérer et se remettre de la mort d’un autre bébé. Elle en a probablement perdu deux autres ces dix dernières années. Il est tragique pour ces animaux de perdre un bébé, et cela a lieu à une fréquence record.» 

C’est ce qu’avait déclaré à l’époque Ken Balcomb, aujourd’hui directeur du Centre for Whale Research. Des paroles qui prennent un tout autre sens au vu de l’observation récente de Tahlequah avec un nouveau-né !

We are pleased to report a NEW calf in J pod! J35's new calf appeared healthy and precocious, swimming vigorously alongside its mother in its second day of free-swimming life.https://www.whaleresearch.com/j57

Publiée par Center for Whale Research sur Dimanche 6 septembre 2020

Un bel exemple de résilience 

Il y a quelques semaines déjà, les scientifiques chargés de l’observation et de la protection des orques avaient émis quelques doutes : visiblement, l’orque si malheureuse par le passé attendait à nouveau un petit. Et samedi dernier, la présence d’un bébé orque à ses côtés à définitivement levé tous les soupçons. Au vu de sa nageoire dorsale, il avait sûrement 2 jours.

Les deux orques ont été aperçues vers le détroit de Juan de Fuca, au large de Vancouver. Des photos ont été prises, et les montrent évoluer à la surface de l’eau. Mais tout n’est pas encore gagné, car les premiers jours de vie sont déterminants chez les orques.

En dépit de cette part de doute raisonnable, les chercheurs·ses adoptent un discours qui se veut rassurant.

«Le bébé avait l’air assez robuste et vif, donc j’ai de bons espoirs qu’il survive», résume Ken Balcomb.

En attendant, le nouveau-né a été surnommé J57. Cette annonce est d’autant plus bienvenue que deux autres orques de ce même groupe attendent actuellement des petits. Un véritable espoir lorsque l’on sait que les effectifs sont menacés par la surpêche et la mauvaise qualité des saumons, qui constituent leur principale source de nourriture.