in

Le quokka, l’animal au sourire irrésistible

Crédits : TuF/iStock

Le quokka est un marsupial d’Australie. Rendu populaire par les réseaux sociaux, son museau esquisse un sourire si craquant que personne ne peut lui résister. On pourrait même dire qu’il semble perpétuellement « heureux ». Malheureusement, son espèce est victime de l’anéantissement progressif de son habitat et des nuisibles apportés par l’être humain.

Tout dans le quokka nous apparaît adorable : son corps dodu, ses poils à l’allure soyeuse, ses petites oreilles rondes, ses yeux pétillants et surtout son sourire si atypique et irrésistible. L’animal pèse de 2,5 à 5 kg, mesure 40 à 54 cm de long et vit entre cinq à dix ans, essentiellement sur l’île de Rottnest Island et l’île de Bald, dans l’état d’Australie-Occidentale. Comme le kangourou, ce petit marsupial se déplace en sautillant sur ses pattes arrière, mais peut tout aussi bien se déplacer à l’aide de tous ses membres.

quokka
Crédits : S.Rohrlach/iStock

Les habitudes du quokka

Le quokka est herbivore. Il se nourrit donc de plantes, de fruits et de feuilles. Son besoin en eau est par ailleurs grand bien que la pluie tombe rarement dans la région australienne où il réside. Il doit donc ingérer une quantité conséquente de végétation pour subvenir à ses besoins particuliers. En outre, l’animal grimpe jusqu’à 1,5 m aux arbres et arbustes pour dénicher sa nourriture. Sur l’île de Rottnest, les touristes ont interdiction de le nourrir, car l’alimentation humaine n’est en aucun cas adaptée à sa physiologie. Elle peut même provoquer chez lui une malnutrition et une déshydratation.

Animal nocturne, il se réfugie pour dormir le jour entre des plantes épineuses qui rebutent la plupart des animaux et des Hommes. Néanmoins, le quokka ne craint que peu l’être humain, de nombreux cas de morsures ayant été rapportés jusqu’alors.

quokka 2
Crédits : Ali Sardar 06/Wikimedia

Le marsupial se reproduit en hiver, à partir de 18 mois. La femelle quokka peut mettre au monde 17 petits dans toute sa vie. L’instinct maternel de la maman quokka n’est néanmoins pas très développé. En effet, dès qu’un prédateur se trouve dans les parages et si son bébé siège dans sa poche ventrale, cette dernière se sert des cris de sa progéniture abandonnée subitement au sol pour avoir le temps prendre la fuite.

Un animal en danger

Le quokka fait partie des espèces dites en danger. Il n’est pas encore déclaré en voie d’extinction. Cependant, son milieu naturel est menacé par les incendies et les constructions humaines. De plus, d’autres animaux comme les porcs sauvages saccagent les marécages dans lesquels il vit, attirant des prédateurs qui à leur tour nuisent à la pérennité du quokka. Les renards, les dingos ainsi que les chats demeurent quant à eux ses prédateurs naturels. En dernier lieu, les véhicules routiers participent de manière non négligeable à la baisse de sa population, écrasant chaque jour de nombreux spécimens.

Une risette qui rend heureux

Le sourire du quokka nous procure immédiatement un sentiment de chaleur, de gaieté et de bien-être, et ce, malgré lui. Il est en effet reconnu qu’observer des animaux irrésistiblement mignons possède des vertus apaisantes et favorise la diminution du stress.