in

Afrique du Sud : en mer, le ravitaillement de bateaux menace les manchots

Crédits : iStock / jacobeukman

Ce n’est malheureusement ni la première ni la dernière fois que les activités humaines perturbent le monde animal. Dernières victimes en date : les colonies de manchots du Cap vivant en Afrique du Sud. Le littoral sud du pays abrite en effet une importante population de ces animaux, dont le bien-être est menacé par des opérations maritimes… 

Le soutage, pratique mais dangereux

Nous sommes à Algoa Bay, au large de la ville de Port Elizabeth. De part sa situation stratégique entre Europe et Asie, cet endroit voit passer tout au long de l’année de nombreux cargos et autres navires de tourisme. C’est également à cet endroit qu’est placé un navire de ravitaillement auprès duquel les bateaux viennent se fournir en hydrocarbures – opération qu’on appelle le soutage. Une solution qui se révèle être plus économique et rapide pour ces derniers.

La scientifique environnementale Ronelle Friend, qui fait également partie du groupe pour la préservation d’Agloa Bay, a d’ailleurs déclaré ceci :

«Tout ceci est trop près de l’aire maritime protégée, il y a beaucoup de risques à la clé…»

En effet, les écologistes et associations locales de protection des animaux tirent la sonnette d’alarme. Ces lieux de soutage pourraient bien menacer la survie de toute une biologie et une faune marine sur le long terme. Qu’elle soit sonore ou écologique, la pollution, de même que les vibrations et toute l’agitation provoquées par cette activité, constituent de réels dangers.

Les manchots du Cap menacés

Les navires forment également un risque très important de pollution aux hydrocarbures. Par deux fois déjà en 2017 et 2019, des manchots ont dû être secourus car ils étaient recouverts de pétrole après des fuites jugées mineures. Lors de celle de l’année dernière, ce sont tout de même plus d’une centaine de manchots qui ont souffert de cet incident.

Sachant qu’un navire peut contenir jusqu’à 10 000 tonnes d’hydrocarbures, on a peu de mal à imaginer le désastre que pourrait constituer un plus gros accident… C’est donc sur ces allégations que se basent les détracteurs de cette activité pour appuyer leurs arguments.

grand dauphin Afrique du Sud
Une colonie de dauphins au large de Port Elizabeth. Crédits : iStock / PeakMystique

À terme, les bateaux perturbent les manchots durant leurs périodes de reproduction, mais aussi lorsqu’il s’agit de se nourrir. Le bruit les empêche de trouver les poissons qui leur servent de repas. De plus, leur nombre observe déjà une baisse due au réchauffement climatique, malgré tous les efforts déployés pour les préserver.

Une situation tendue

Et ils ne sont pas les seuls à souffrir de la situation. Algoa Bay est en effet le lieu où a été observée la plus grande colonie de grands dauphins au monde en 2018. Les baleines, sardines, et autres oiseaux marins sont aussi menacés par le maintien des ravitaillements en mer.

Certaines mesures ont toutefois été adoptées pour tenter de limiter leur impact : des bateaux de surveillance guettent la moindre fuite, et la durée des soutages est réduite. Mais il en faudra plus pour convaincre les personnes chargées de la protection de l’environnement.