in

6 choses à savoir sur le diable de Tasmanie

Crédit : stock, JohnCarnemolia

Connaissez-vous le diable de Tasmanie ? Ce petit animal tient son nom inquiétant de ses horribles cris et grognements. Pas plus grand qu’un chien, ses habitudes alimentaires et comportements peuvent néanmoins nous pousser à le craindre. Voici 6 informations sur le diable de Tasmanie. 

1. Éducation à la dure

Le combat commence dès la naissance pour ce marsupial. Car si les femelles mettent au monde une vingtaine de bébés, seul le quart est destiné à vivre. D’une taille minuscule et ne pesant pas plus de 24 grammes, ils doivent se battre contre leurs frères et sœurs pour survivre. En effet, les femelles ne disposent que de quatre mamelles, insuffisantes pour sustenter toute leur progéniture. Ceux-ci doivent faire preuve de combattivité et de ténacité pour continuer à vivre. Au final, ce sont 4 ou 5 diables qui survivent par portée.

diables de Tasmanie allongés
Crédits : Pixabay, pen_ ash

2. Un carnivore vorace

Les diables sont avant tout des carnivores, mais ne sont pas très regardants par rapport à leur nourriture, puisqu’ils mangent tout ce qui passe sous leur nez. Oiseaux, wallabies, leurs semblables – ils privilégient les carcasses pour éviter le combat. Ils vont même parfois jusqu’à dormir dans les cadavres pour pouvoir manger le lendemain. Ces animaux absorbent tout : os, entrailles, boyaux… Il ne restera rien du pauvre animal.

3. Mauvaise réputation

Ce nom peu avenant de “diable” vient tout droit de la colonisation. Les pionniers arrivés en Tasmanie ont été surpris par des hurlements et grognements venant de toute la forêt. Effrayés, ils étaient persuadés que celle-ci était habitée par des démons. Or, ces bruits désagréables ne provenaient pas d’entités maléfiques, mais de petits animaux : les diables de Tasmanie. Plus tard, ils seront massivement empoisonnés car ils nuisaient aux cultures humaines.

4. Une espèce en danger

Les diables de Tasmanie sont classés parmi les espèces en danger sur la liste rouge de l’UICN. Et pour cause : la situation des diables est de plus en plus inquiétante, leur nombre a drastiquement chuté depuis les trente dernières années. Cela est dû notamment à l’apparition durant les années 90 d’une épidémie entre les bêtes. Celle-ci se présente sous la forme d’une tumeur faciale cancéreuse mortelle, transmissible par la morsure. Or les morsures sont monnaie courante au sein de cette espèce, durant la reproduction ou l’alimentation par exemple. En plus de cette triste maladie, les diables sont victimes d’accidents de la route et de nouveaux prédateurs comme les chats sauvages.

diable de Tasmanie debout
Crédits : Istock, Heather Rose

5. Des stars australiennes

Les diables se sont peu à peu imposés comme un symbole dans la culture australienne. Ces animaux sont par exemple devenus des mascottes, ou des logos pour des parcs nationaux. Ils sont assez populaires sur le continent avec un hashtag à leur nom #devilcomeback. L’Australie veut les réintroduire dans sa faune. L’acteur Chris Hemsworth (Thor) a participé avec l’association Aussi Ark a relâcher 26 d’entre eux dans la nature.

6. Dangereux pour l’Homme ?

On a peur des diables à cause de leur mâchoire très puissante. Celle-ci est d’ailleurs considérée comme la plus puissante parmi les mammifères. Elle serait capable entre autres de vous broyer l’os, ce sont donc ses morsures qu’il faut éviter. Cependant, le diable de Tasmanie est un animal inoffensif. Très craintif, il aura plus tendance à se cacher et vous fuir. Il attaque seulement quand il se sent menacé.