in

Avoir un cheval : combien ça coûte par mois ?

cheval
Crédits : iStock / jacoblund

Voilà un vieux rêve que vous aimeriez réaliser un jour : avoir votre propre cheval. Mais avant d’en arriver là, vous devez d’abord faire les comptes. Et pour cause, il ne s’agit pas d’un « achat » ordinaire. Il s’agit ici d’un animal pesant en moyenne 500 kilos et dont vous aurez la pleine responsabilité. Il est donc indispensable de se renseigner sur combien coûte un cheval en amont afin d’être en mesure de fournir un budget adapté. En somme, ce n’est pas une décision qui se prend à la légère ! Mais pour vous aider dans votre réflexion, nous avons recensé toutes les dépenses qu’un cheval peut occasionner. De cette façon, vous serez préparé à toute éventualité. 

Bon à savoir : l’espérance de vie moyenne d’un cheval est de 30 ans. Pour un poney, elle se situe plutôt aux alentours de 40 ans. Il est donc important de prendre conscience qu’avoir un cheval est un engagement sur le long terme !

1. Le budget initial

Si votre objectif n’est pas de faire de la compétition, mais simplement de profiter de la compagnie d’un cheval pour le loisir, alors pensez à adopter ! En effet, de nombreux chevaux, souvent âgés, blessés ou n’étant plus en mesure de participer à des compétitions d’équitation, attendent de trouver une nouvelle famille. Pour ce faire, rapprochez-vous d’un refuge qui accueille des chevaux. En plus de sauver un animal, cela ne vous coûtera presque rien.

Sinon, le prix d’achat d’un cheval varie en fonction de nombreux facteurs : sa race, sa robe, ses origines, son âge… Ainsi, les jeunes et les vieux chevaux coûtent moins chers que les chevaux âgés en moyenne de 6 à 8 ans. Pour les premiers, la raison est toute simple : plus un cheval est jeune, moins il a d’expérience de travail, ce qui fait baisser sa valeur. Et pour les chevaux âgés, ce sont évidemment leurs difficultés à venir ou déjà présentes qui font baisser leur prix.

En moyenne, comptez 500 à 6000 euros pour un cheval de loisir. Pour un cheval de sport, en revanche, les prix s’envolent et peuvent atteindre des dizaines de milliers d’euros.

Bon à savoir : pensez également à prévoir un moyen de transport pour votre futur cheval. En effet, il faudra que vous alliez le chercher chez son propriétaire actuel et que vous le rameniez dans son nouvel hébergement. Et si vous ne possédez pas de van, cela a un coût !

2. La visite vétérinaire

C’est un passage obligé pour tout nouvel acquéreur de chevaux. En effet, il est vivement recommandé de faire appel à un vétérinaire pour effectuer un bilan de santé sur le cheval que vous souhaitez acheter. De cette façon, vous éviterez les arnaques (et elles sont nombreuses dans le domaine).

Pour une visite vétérinaire de contrôle, comptez 150 à 200 euros. À noter toutefois que ce prix ne comprend pas le passage d’éventuelles radios.

3. La pension

Si vous n’avez pas la chance de posséder un pré pouvant accueillir votre cheval, il sera nécessaire de le mettre en pension dans un centre équestre ou chez un particulier ayant une écurie. Les tarifs varient en fonction de l’hébergement choisi : pension au pré ou au box.

cheval
Crédits : iStock / Jun

Choisir de mettre son cheval au pré coûte en moyenne 150 à 300 euros par mois (hors région parisienne où les prix peuvent atteindre des sommets). Pour une pension au box, il faudra dépenser 300 à 400 euros par mois. Et pour une pension pré et box, comptez 250 à 600 euros par mois. Attention toutefois, nous déconseillons vivement de laisser un cheval dans un box toute la journée. Vous aimeriez, vous, être enfermé dans une petite pièce où vous pouvez à peine bouger durant des heures ?

Et si jamais vous choisissez une pension de travail, sachez que vous devrez dépenser environ un SMIC chaque mois.

4. L’alimentation

Autre gros poste de dépense lorsque l’on acquiert un cheval : la nourriture. Certaines pensions prennent en charge l’alimentation des chevaux qu’elles accueillent. Dans ce cas, cela sera déjà compris dans le prix de l’hébergement ou vous devrez payer un supplément chaque mois.

Sinon, il faudra acheter à votre cheval du foin et des grains ou flocons, sans compter les éventuels compléments alimentaires et les friandises. Eh oui, l’herbe du pré ne suffit pas lorsque l’hiver arrive ! Comptez donc 100 à 300 euros par mois, en fonction de la quantité et de la qualité de la nourriture.

5. L’équipement

Avoir un cheval nécessite de s’équiper : selle, tapis de selle, filet avec mors, rênes, longe, couvertures, protections, kit de pansage… En réalité, si vous ne possédez aucun équipement de départ, cela demande un petit investissement.

Tout dépendra bien évidemment de la qualité des équipements que vous achèterez, mais également si vous les prenez d’occasion ou non. Dans tous les cas, il faudra compter 300 à 3000 euros pour l’ensemble.

6. Les soins

Si vous avez la chance d’avoir un cheval en bonne santé, cela vous coûtera évidemment moins cher en frais vétérinaires. Vous devrez cependant prendre en compte :

  • Les vaccins : en moyenne 50 euros par an.
  • Les vermifuges : environ 20 euros quatre fois par an.
  • La visite annuelle chez le dentiste : 50 à 80 euros par an.
  • La visite annuelle chez l’ostéopathe : entre 70 et 110 euros par an.
  • Le maréchal-ferrant : 35 euros toutes les 6 semaines pour le parage et 90 euros pour le ferrage des 4 fers tous les deux mois.
cheval box écurie
Crédits : iStock / Sportactive

7. Les assurances

Si vous décidez de prendre une assurance santé pour votre cheval, vous devrez rajouter entre 40 et 200 euros par mois, en fonction des options choisies, de l’âge et de l’état de santé de votre équidé.

Mais une assurance santé reste optionnelle, contrairement à la responsabilité civile des propriétaires d’équidés (RCPE). Généralement incluse dans l’assurance habitation de votre logement, elle coûte sinon à elle seule environ 30 euros par an.

Enfin, si vous avez prévu de monter votre cheval en compétition ou de passer des galops, vous devrez prendre la licence FFE pour un coût total de 36 euros par an si vous êtes majeur et 25 euros par an si vous êtes mineur. À noter que la licence FFE permet de souscrire à la RCPE.

8. Les cours d’équitation

Pour prendre des cours d’équitation avec votre cheval, il vous faudra mettre la main au porte-monnaie. En moyenne, comptez 15 à 25 euros le cours. Si vous prenez une leçon par semaine, vous devrez donc débourser 60 à 100 euros par mois.

9. Les concours

Si vous êtes un adepte des concours équestres, cela risque de nettement faire grimper la note. En effet, en plus de souscrire à une Licence Compétition (80 euros par an pour les épreuves Amateur), vous devrez ajouter les frais d’engagement et de transport.

Il est ici difficile de calculer combien cela vous coûtera puisque tout dépendra du nombre de concours que vous effectuerez chaque année et du tarif de ces derniers.

10. L’essence

Dernier élément à prendre en compte lorsque l’on s’apprête à devenir propriétaire d’un cheval : l’essence. Eh oui, si votre cheval est en pension à plusieurs dizaines, voire centaines de kilomètres de chez vous, vous aurez un budget essence en conséquence.

En résumé, si l’on devait vous donner un ordre d’idée quant au coût que représente un cheval mensuellement, cela commence aux alentours de 500 euros. Un budget conséquent qui peut faire réfléchir…