in

Comment punir son chien ? Les bons gestes à avoir et ceux à éviter absolument

Crédits : iStock

Punir son chien lorsqu’il a fait une bêtise est essentiel pour que ce dernier comprenne qu’il a fait quelque chose de mal et qu’il ne doit pas reproduire ce comportement. La punition est l’une des bases de l’éducation. Mais à quel moment le punir ? Quels sont les gestes à adopter ? Ceux à proscrire ? Réponses.

« Pas vu, pas pris »

Vous rentrez à la maison après une harassante journée de travail, et là vous découvrez un véritable chantier, comme si un ouragan était passé dans votre salon. Au milieu de la pièce, votre chien, le coupable. Oui, votre toutou a fait une grosse bêtise, mais vous ne l’avez pas surpris en flagrant délit. Vous ne pouvez donc pas le punir.

En effet, un chien n’est pas capable de comprendre une punition s’il n’est pas pris sur le fait. Alors oui, c’est agaçant car vous n’avez qu’une seule envie, le gronder, mais cela ne servirait à rien et pourrait même avoir des conséquences négatives sur la relation que vous entretenez avec votre chien. Ravalez donc votre colère, installez votre chien dans une autre pièce et rangez ou nettoyez les dégâts.

Crédits : Pxhere

Et ne soyez pas dupe, si votre boule de poils part se cacher lorsque vous rentrez chez vous, ce n’est pas parce qu’elle se sent coupable mais bien parce qu’elle a peur que vous lui criiez dessus, comme vous le faites à chaque fois que vous êtes de retour à la maison.

Une punition juste et cohérente

Une sanction doit être immédiate et courte. Par exemple, vous jouez tranquillement avec votre chien lorsque celui-ci, dans l’excitation, vous mord la main. Instantanément, vous devez lui dire « non » avec une voix forte et autoritaire. La punition doit permettre au chien de comprendre qu’il a dépassé les limites.

Pour être cohérent, aucune exception à la règle n’est tolérée. Votre chien n’a pas le droit de monter sur le canapé ? Alors à aucun moment vous ne devrez le lui autoriser, même s’il est malade ou qu’il vous fait les yeux doux. De même, il est essentiel de punir le chien à chaque fois qu’il désobéit à l’ordre fixé, et pas uniquement une fois sur deux.

Crédits : ianZA/Pixabay

Attention, la punition ne doit être ni trop violente, ni trop laxiste. Frapper son chien ne fera que développer son agressivité et sa peur des humains, tandis que ne jamais le sanctionner ne fera que le conforter dans sa position de dominant et de chef de meute.

Les différentes punitions

Afin de sanctionner votre chien, il existe plusieurs solutions sans violence :

  • La réprimande : c’est le fameux « non » ou l’acte de gronder le chien. L’intonation de voix est ici essentielle pour faire passer le message à l’animal.
  • L’ignorance : si vous ignorez votre chien lorsqu’il tente d’attirer votre attention en adoptant un comportement interdit devant vous (comme aboyer), ce dernier n’aura alors pas eu gain de cause et ne recommencera certainement pas à l’avenir.
  • Le désintéressement : il s’agit de détourner l’attention de votre chien de la bêtise qu’il est en train de faire vers une activité autorisée. Pour cela, munissez-vous d’un jouet qui couine, par exemple.
  • L’isolement :  particulièrement efficace pour les chiens hyperactifs qui ont du mal à se calmer, cette punition consiste à isoler l’animal dans une pièce dans laquelle il n’a pas l’habitude d’aller durant une dizaine de minutes.
  • La punition à distance : à l’aide d’objets bruyants, le chien va prendre peur lorsqu’il sera en situation de désobéissance. Par exemple, vous lui ordonnez de venir au pied mais il ne s’arrête pas à vos côtés et continue sa route, vous lancez alors dans sa direction un trousseau de clés bien rempli en criant « au pied ». Il s’arrêtera alors immédiatement.
Crédits : iStock

Un conseil : au-delà de la punition, le plus important est de récompenser son chien lorsque ce dernier a adopté les bons comportements. N’hésitez donc pas à user des encouragements, des félicitations et des caresses à volonté lorsque votre toutou vous obéit, et pensez aussi aux friandises ! L’éducation doit être positive et non pas placée sous le signe de la violence et de la crainte.

Sources : Wamiz ; Toutou pour le chien

Articles liés

10 conseils de base pour l’éducation de votre chiot

9 choses à ne surtout pas faire à votre chien

Quand commencer à éduquer son chiot ?