in , ,

Pour faire passer de la drogue aux États-Unis, ce vétérinaire avait une méthode monstrueuse…

Crédits : TeamK/Pixabay
Pour faire passer de la drogue aux États-Unis, ce vétérinaire avait une méthode monstrueuse…
noté 5 - 2 votes

On connaît les médecins barbares capables de pratiquer les pires interventions sur leurs patients, mais jusqu’à présent on avait peu entendu parler des vétérinaires. Et pourtant, cet homme de 38 ans a bel et bien agi à la manière d’un savant fou.

Il cachait de l’héroïne… dans des chiots

Aux États-Unis se tiendra bientôt le procès d’un homme un peu particulier et plutôt méprisé par l’opinion publique : Andres Lopez Elorez. Ce vétérinaire colombien a récemment été extradé d’Espagne vers les États-Unis pour être jugé dans une affaire pour le moins cruelle.

En effet, l’homme est accusé d’avoir dissimulé de l’héroïne dans le ventre de chiots de septembre 2004 à janvier 2005. La raison ? Envoyer la drogue aux États-Unis sans éveiller les soupçons. Andres Lopez Elorez travaillait à l’époque pour un cartel de drogue colombien qui utilisait des chiots mais également des hommes comme « mules ».

De 10 ans de prison à la perpétuité

Lors d’un raid de l’agence antidrogue américaine dans une ferme de Medellín, en Colombie, en 2005, les agents ont découvert dix chiots retenus prisonniers, dont six d’entre eux contenaient dans leur ventre un sachet de 500 ml d’héroïne chacun. Par ailleurs, trois chiens sont morts suite à cette pratique monstrueuse.

« Il n’est pas seulement un trafiquant de drogue, il a aussi trahi l’engagement des vétérinaires à empêcher la souffrance animale en utilisant ses capacités chirurgicales à des fins cruelles pour dissimuler de l’héroïne dans le ventre de chiots », confie Richard Donoghue, procureur fédéral.

Andres Lopez Elorez encourt 10 ans d’emprisonnement à la perpétuité.

Source

Articles liés

Un chiot de trois mois retrouvé drogué à l’héroïne dans une voiture au Texas

Voici comment la mort de cinq chiots sur le tournage d’un film Disney a été passée sous silence

Les usines à chiots d’Europe de l’Est ou le comble de l’horreur