in , ,

Chasse à courre : la vidéo insoutenable d’un cerf poursuivi jusqu’à la noyade enflamme la toile

Crédits : iStock
Chasse à courre : la vidéo insoutenable d’un cerf poursuivi jusqu’à la noyade enflamme la toile
noté 5 - 1 vote

On savait la nature humaine cruelle… Mais là, cela dépasse l’entendement. Dans l’Oise, en Picardie, près de Compiègne, une vidéo tournée par l’association AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) montre l’équipage d’une chasse à courre poursuivant un cerf jusque dans une rivière, où il est emporté par le courant. Les chasseurs le rattrapent alors à l’aide de barques et… lui maintiennent la tête sous l’eau pour le noyer. Des images insoutenables.

La chasse à courre c’est ça

Depuis le 15 septembre, date d’ouverture de la chasse, de nombreux incidents entre veneurs et opposants à la chasse à courre ont été recensés. On se souvient notamment de ce cerf abattu froidement et sans raison alors qu’il s’était réfugié dans un jardin privé, dans l’Oise. Pourtant, les pratiquants de la chasse à courre ne sont pas nombreux sur le territoire français (450 équipages environ). Mais le 6 janvier dernier, c’est une toute autre forme de mise à mort qui a été pratiquée.

Un cerf a été poursuivi durant de nombreuses heures dans la forêt de Laigue par l’équipage Rivecourt, suivi de près par des membres de l’AVA, décidés à filmer la réalité de la chasse à courre. Et ils n’ont pas été déçus. Pour échapper à ses poursuivants, le cerf a alors décidé de se jeter dans l’Aisne pour la traverser. Mais c’était sans compter sur la ténacité des chasseurs qui lui ont barré la route de l’autre côté, l’obligeant à faire demi-tour et à se faire emporter par le courant.

Durant une vingtaine de minutes, on peut voir les veneurs poursuivre la pauvre bête épuisée, en barque, le long de la rivière. Arrivés à sa hauteur, ils l’ont alors pris par les bois et lui ont maintenu la tête sous l’eau pour le noyer. Selon Florence de Lageneste, qui dirigeait l’équipage : « Nous l’avons pris dans les règles de la vénerie ».

Pour signer la pétition de 30 Millions d’Amis pour l’abolition de la chasse à courre, c’est par ici.

La chasse à courre, comment ça marche ?

L’objectif de cette forme de chasse est de partir sur les traces d’un cerf, d’un chevreuil, d’un sanglier, d’un renard ou d’un lièvre à l’aide d’une meute de chiens et de le traquer jusqu’à épuisement. Ce sont donc le plus souvent les chiens qui tuent l’animal, une fois rattrapé.

« Il ne s’agit pas ici de réguler la faune sauvage, ni même de manger la bête chassée. Une fois l’animal rattrapé, on le poignarde puis on laisse les chiens le dépecer, souvent encore vivant. Sa tête est conservée comme trophée et ses pattes offertes à des invités », explique l’association AVA.

Une proposition de loi visant à interdire la chasse à courre dès le 1er juin 2018 a été déposée. Notons tout de même que c’est déjà le cas dans de nombreux pays européens, notamment en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Belgique.

Sources : 30 Millions d’Amis ; L’Aisne nouvelle

Articles liés

Oise : un cerf traqué lors d’une chasse à courre sauvé de justesse par des riverains

Indre : un cerf abattu par des chasseurs parce qu’il aimait trop les poneys

4 raisons qui poussent les chasseurs à s’ériger en protecteurs de la nature