in ,

Quels sont les animaux domestiques préférés dans chaque pays ?

Crédits : iStock
Quels sont les animaux domestiques préférés dans chaque pays ?
noté 5 - 1 vote

Une enquête menée auprès de 27 000 utilisateurs d’Internet de plus de 15 ans répartis dans 22 pays révèle que le chien est majoritairement l’animal domestique préféré des êtres humains. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle « le meilleur ami de l’Homme ».

Les chiens en première place, sauf en France !

Au travers de cette étude réalisée par l’institut GfK et publiée le 14 octobre 2017 dans le quotidien argentin La Nación, on constate que plus de la moitié des personnes sur la planète partagent leur vie avec un animal domestique. Un chiffre considérable qui en dit long sur la relation qu’entretient l’être humain avec les animaux.

Sans surprise, le chien arrive à la première place dans une grande partie des pays étudiés, et plus particulièrement en Argentine (66 % des animaux domestiques sont des chiens), au Brésil (58 %) et aux États-Unis (50 %).

Crédits : iStock

La France est le seul pays où le chat arrive en première place (41 %), suivi par le chien (29 %), les poissons (12 %), les NAC (9 %) et enfin les oiseaux (5 %). Pour rappel, NAC signifie Nouveaux Animaux de Compagnie et désigne les rongeurs, les reptiles, les amphibiens ou encore les araignées.

Et les autres animaux, alors ?

Le chat arrive en 2e position dans le classement aux États-Unis (39 %) ; en Argentine (32 %) et au Brésil (28 %). En revanche, ce sont les poissons qui trustent la seconde position en Chine (17 %) et en Corée du Sud (7 %), juste devant les chats.

Crédits : iStock

Par ailleurs, le Brésil est le pays qui aime le plus les oiseaux avec 11 % de propriétaires d’oiseaux contre 1 % en Corée du Sud. Pour les NAC, c’est la France qui arrive en tête avec un pourcentage honorable de 9 %.

Pour jeter un coup d’œil à l’intégralité de l’infographie, c’est par ici.

Source

Articles liés

L’animal préféré des Français est…

Les 10 petits chiens préférés des Français

Chiens VS chats : en matière de neurones, nous avons un gagnant